A Saint-Pétersbourg – L'hôpital pour enfants cancéreux sauvé

Publié

À Saint-PétersbourgL'hôpital pour enfants cancéreux sauvé

Les autorités de Saint-Pétersbourg ont fait marche arrière après le tollé déclenché par un projet qui prévoyait de transférer les jeunes malades pour y accueillir des magistrats.

L'indignation du public est compréhensible: «Poutine, ne touche pas à l'hôpital n° 31». (AFP)

L'indignation du public est compréhensible: «Poutine, ne touche pas à l'hôpital n° 31». (AFP)

«L'hôpital fonctionne et va continuer de fonctionner comme il l'a toujours fait. Point. Tout sera comme avant. Il n'y aura aucun délogement», a écrit sur son compte Twitter le porte-parole du gouvernement de Saint-Pétersbourg, Andreï Kibitov. «Aucune décision n'a été prise ni sur une réorganisation de l'hôpital n°31 ni sur son délogement. Et il n'y en aura pas», a de son côté déclaré Viatcheslav Makarov, président du Parlement local, cité par son service de presse.

Depuis quelques jours, la suppression de cet hôpital, connu pour la qualité de son département pour enfants cancéreux, avait fait des remous en Russie. Mercredi soir, environ 2 000 personnes se sont rassemblées sur le Champ de Mars, dans le centre-ville de Saint-Pétersbourg, brandissant des pancartes où il était écrit «Conservons l'hôpital n° 31», «Ne touchez pas aux enfants», ou encore «Le cancer des esprits ne se soigne pas».

«Si les gens n'avaient pas commencé à s'élever contre le projet, c'en serait fini de l'hôpital, ils l'auraient fermé en douce. Maintenant les autorités auront du mal à revenir sur leur parole, même si elles le veulent», a déclaré Maxime Reznik, député du parti libéral d'opposition Iabloko, à l'assemblée locale.

(L'essentiel Online/ afp)

Soutiens prestigieux

Plusieurs pétitions contre ce projet ont également été relayées sur Internet, réunissant plus de 150 000 signatures. Des personnalités russes dont le Prix Nobel de physique Jaurès Alferov, l'écrivain Daniil Granine, les acteurs Oleg Bassilachvili, Sergueï Iourski et Tchoulpan Khamatova, ont également appelé dans une lettre le gouverneur de Saint-Pétersbourg Gueorgui Poltavtchenko, le président Vladimir Poutine et des juges à ne pas sacrifier cet hôpital, situé en plein centre-ville sur l'île Krestovski. L’Église orthodoxe a elle aussi émis de fortes réserves face à cette décision.

Ton opinion