Jain – «L'indépendance est le futur de la musique»

Publié

Jain«L'indépendance est le futur de la musique»

La sensation Jain est de retour à la Rockhal dans le cadre du «Souldier Tour». Rencontre avec une artiste qui contrôle son art.

«L'essentiel»: Vous avez débuté la tournée en janvier. Comment se passe-t-elle?

Jain: Très bien. Je suis contente car j'ai écrit ce disque pendant la précédente tournée, c'est elle qui l'a inspiré. Et il prend toute son ampleur sur scène. Il y a une belle communion avec le public.

Du Japon aux États-Unis, vous voyagez beaucoup avec le «Souldier Tour».

Voyager avec ma musique, c'est ce que j'ai toujours voulu faire. La tournée est le moment que je préfère. Pour Coachella, j'avais un peu peur, mais finalement, j'étais hyper contente. Et j'ai pu voir des artistes que j'admire, comme Anderson .Paak, Janelle Monae ou Childish Gambino.

À ce propos, il n’y a pas beaucoup d’invités sur votre disque. Auriez-vous envie de travailler davantage avec d’autres artistes à l’avenir?

Ce n’est pas à l’ordre du jour, mais pourquoi pas. Ce pourrait être une chouette expérience.

Comment avez-vous conçu la nouvelle scénographie?

Nous avons travaillé avec les Québécois de Moment Factory. Je suis toujours seule sur scène, mais plus libre de mes mouvements car je peux contrôler mon ordinateur à distance. La technologie m'aide beaucoup. Mais la scénographie a changé, l'interprétation aussi.

Votre second album est sorti l'été dernier. Avez-vous connu ce fameux cap?

J'y ai beaucoup réfléchi, car c'est dur de ne pas penser au succès. Je voulais faire un disque avec davantage d'influences. On retrouve sur «Souldier» mes influences africaines, la musique orientale et plus de hip-hop et d'électro.

Comment s’est passée la collaboration avec Yodelice?

Comme pour le précédent, nous avons coréalisé l’album ensemble. En général, je fais les maquettes chez moi puis on les retravaille ensemble.

Vous avez un univers singulier, et on vous sent en maîtrise. Pas trop difficile de tout contrôler?

C'est rassurant d'avoir le contrôle. Cela prend du temps, mais c'est tellement intéressant! Je pense que les artistes vont aller de plus en plus dans ce sens. L'indépendance est le futur de la musique.

Votre succès a été fulgurant. Comment le gérez-vous?

Je suis très bien entourée, entre mes amis et ma famille.

• Jain. Jeudi soir, 21h, à la Rockhal, à Esch-Belval. Entrée: 40/44 euros.

(Recueilli par Cédric Botzung/L'essentiel)

Ton opinion