Comédie – L'infidélité masculine passée au crible

Publié

ComédieL'infidélité masculine passée au crible

L'année Jean Dujardin se poursuit. Un oscar en poche, sort déjà «Les Infidèles», la nouvelle comédie dans laquelle il tient les premiers rôles, avec Gilles Lellouche.

«Les Infidèles» avaient fait parler d'eux il y a quelques semaines, par l'intermédiaire d'une polémique née par rapport aux affiches du film, vite censurées. Pour Jean Dujardin et Gilles Lellouche, qui ont participé à l'écriture du scénario, «toute cette polémique n'est qu'hypocrisie», car cette campagne était «pour rire». Les deux amis interprètent dans cette comédie cinq personnages différents. Lâches, immatures, ridicules, vieux beaux, machos, obsédés sexuels...

Les maris volages sont à la peine dans «Les Infidèles», une comédie à sketches. Variation en neuf actes sur l'infidélité masculine et son cortège de mensonges, «Les Infidèles» abordent tour à tour la crise de la quarantaine, celle du couple, les virées de potaches, mais aussi les séances chez la coach des «Infidèles anonymes» (Sandrine Kiberlain) et les déconvenues d'un obsédé sexuel lors d'un séminaire d'entreprise.

Dujardin et Lellouche ont fait appel à plusieurs réalisateurs pour les épauler: Fred Cavayé, Emmanuelle Bercot, Éric Lartigau, Alexandre Courtes, ainsi que Michel Hazanavicius, fraîchement césarisé et oscarisé pour «The Artist». S'inscrivant dans la lignée d'un Bertrand Blier, le film «Les Infidèles» nage à contre-courant du politiquement correct et des comédies consensuelles. Revendiquant un mauvais goût assumé, les deux compères ont pris un malin plaisir à jouer des rôles d'«affreux, sales et méchants». Sera-t-il partagé?

Ton opinion