Au Luxembourg: L'inflation pèse-t-elle sur l'épargne des résidents?

Publié

Au Luxembourg L'inflation pèse-t-elle sur l'épargne des résidents?

LUXEMBOURG – Le taux d'épargne des résidents va baisser en 2022 et en 2023. Le gouvernement ne l'explique pas par l'inflation mais par la fin de la crise sanitaire.

AFP

Le taux d'épargne (le volume de ce qui est épargné par rapport au revenu disponible) des résidents va baisser en 2022 et en 2023, selon les prévisions du Statec. Interrogé sur un lien avec l'inflation, le ministre de l'Économie, Franz Fayot, évoque plutôt un retour à la normalité, après la crise du Covid.

«Le taux d'épargne était plus élevé en 2020 et 2021 (NDLR: voir tableau ci-dessous), note Franz Fayot. La forte hausse de près de +10 points de pourcentage trouve son origine dans la crise du coronavirus».

Dans ses dernières prévisions, le Statec table sur une baisse du taux d'épargne pour 2022. Le taux d'épargne continuera probablement de baisser légèrement en 2023 pour se stabiliser autour d'un niveau «qui sera à nouveau plus en ligne avec les moyennes historiques de ce taux», ajoute le ministre.

Interrogé également sur l'impact de l'inflation sur le taux de défaillance des résidents, Franz Fayot souligne que le taux de défaut des dettes privées au Luxembourg (voir tableau ci-dessous) est à un niveau «historiquement bas» et que le Grand-Duché a actuellement le taux le plus bas de l'UE.

À noter qu'il n'existe pas encore de données pour le troisième trimestre 2022, alors que les résidents font face à une augmentation importante des prix de l'énergie. Comme le prévoit l'accord de tripartite, la hausse du prix du gaz sera limitée à 15% par rapport au niveau actuel, tandis qu’une baisse de quinze centimes par litre de mazout a été décrétée. De leur côté, les prix de l’électricité sont «stabilisés».

(ol)

Ton opinion

9 commentaires