Sentiment à Luxembourg-Ville – «L'insécurité à la gare, c'est de pire en pire...»

Publié

Sentiment à Luxembourg-Ville«L'insécurité à la gare, c'est de pire en pire...»

LUXEMBOURG - Les citoyens qui fréquentent le quartier de la gare à Luxembourg-Ville ne se sentent pas en sécurité. Ils nous ont confirmé les chiffres d'un récent sondage.

La présence de gardes privés avec chien est remarquée dans le quartier de la Gare à Luxembourg-Ville.

La présence de gardes privés avec chien est remarquée dans le quartier de la Gare à Luxembourg-Ville.

© Editpress/fabrizio Pizzolante

Huit citoyens sur dix veulent plus de sécurité dans le quartier de la Gare à Luxembourg et 68% des citoyens interrogés estiment que la présence d'agents de sécurité, employés depuis décembre 2020 par la ville, renforce le sentiment de sécurité dans le quartier. Voici le résultat d'un sondage réalisé entre le 15 et le 19 février 2021 par l'institut de sondage Quest.

«Le résultat est très clair», martèle Lydie Polfer, bourgmestre de Luxembourg. «On doit absolument prendre des mesures supplémentaires pour assurer une meilleure sécurité dans le quartier de la Gare. En octobre 2019 déjà, plus de 800 personnes avaient pu exprimer leur sentiment de ras-le-bol et le sondage actuel est une opinion qui reprend le sentiment de beaucoup. Cela confirme donc ce que les gens ont dit, il y a 1 an et demi».

«La nuit, c'est encore pire»

Au terme de la conférence de presse, ce vendredi, nous sommes allés prendre la température aux portes de la gare de Luxembourg. Avec une question précise: vous sentez-vous en sécurité? «On remarque la présence de beaucoup de policiers», reconnaît Basile, 17 ans, «ce qui n'empêche pas de voir beaucoup de gens qui fument et qui boivent. J'ai parfois l'impression que la police se contente de regarder qui porte un masque ou pas. Il faut faire attention et on dirait que la situation se dégrade».


«C'est dangereux et c'est de pire en pire», ajoute Leif. «Pour moi, il n'y a pas de solution. Et puis par rapport à la France, on est encore bien au Luxembourg. Il faut avoir plus de policiers, moi je suis contre les policiers, mais pour la sécurité des autres gens, c'est important. Et la nuit, c'est encore pire...». Quant à Fatima, elle se sent plus en sécurité à Luxembourg qu'à Esch-sur-Alzette, «il y a beaucoup plus de policiers et ça me rassure».

«Pas assez de personnel à la police»

Originaire de Lorentzweiler, Ben reconnaît qu'il croise parfois des «drôles de gens» dans le quartier de la Gare, à Luxembourg. «La présence supplémentaire d'agents de sécurité dans la rue, c'est pour moi une bonne solution». Luisa et sa fille, par contre, n'avaient jamais remarqué la présence de ceux-ci avant vendredi. «C'est la première fois que je les vois et pourtant, je viens souvent ici. C'est nouveau pour moi et c'est un plus pour compléter le travail de la police. Une chose est sûre, je ne laisserai pas ma fille seule dans ce quartier».

«Pour moi, le sentiment d'insécurité est plus fort depuis plusieurs années», regrette Nico, originaire de Grevenmacher, mais employé dans un restaurant du quartier. «Je ne vois pas grand-chose qui change, alors qu'il y a moins de gens dans la rue avec le Covid. Depuis décembre 2020 et l'arrivée des gardes privés, honnêtement, je ne vois pas de différence. Il passe de temps en temps, mais bon... Que faire pour améliorer la situation? Plus de contrôles, mais il n'y a pas assez de personnel à la police. Quant aux caméras, je ne suis pas fan, mais je crois qu'elles sont déjà partout».

«Il faut travailler tous ensemble»

«Les mesures qui ont été prises, tant au niveau social qu'au niveau de la présence d'une entreprise de gardes privés, ont amélioré le sentiment de sécurité de 2/3 des gens qui ont été interrogés», se félicite Lydie Polfer. «Ce qui nous conforte dans l'idée de poursuivre dans cette voie. Un groupement interministériel travaille sur une série de mesures depuis un certain temps, mais dans les prochains jours ou semaines, nous sommes dans l'attente d'écouter leurs propositions et je ne peux que, déjà dire, que nous serons prêts à collaborer avec tout le monde. Dans un seul but: améliorer la sécurité dans ce quartier de la Gare, qui n'est pas à la hauteur de nos attentes et de celles des citoyens».

«Il est temps que ces mesures arrivent», soupire encore la bourgmestre de Luxembourg. «Dois-je commencer à faire une grève de la faim devant l'hôtel de ville pour que quelque chose arrive? C'est quand même pour montrer le sérieux de nos demandes. Ce n'est pas de la polémique pour de la polémique, c'est un vrai problème et il faut des réponses. Une seule entité ne règlera pas ce problème, ni la police, ni les services sociaux, ni la justice... C'est tous ensemble qu'il faut travailler et se donner les mêmes objectifs. Dans ces conditions, je suis sûre que nous pourrons améliorer, et de beaucoup, la sécurité dans le quartier de la Gare».

Lydie Polfer, bourgmestre de Luxembourg.

La réactions des citoyens que nous avons interrogés dans le quartier

Carlo Kissen de l'institut de sondage Quest.

(Frédéric Lambert/L'essentiel)

Au niveau de la méthode du sondage

Le sondage commandé par la ville de Luxembourg a été réalisé entre le 15 et le 19 février par l'institut de sondage Quest. «On a essayé de cerner les évaluations de trois populations à la fois», a indiqué Carlo Kissen, responsable.«Les résidents, la priorité pour la ville de Luxembourg, les commerçants, mais aussi les salariés».

«La moitié des interviews a été réalisée par téléphone», poursuit Carlo Kissen. «Et l'autre carrément dans la rue, assisté par I-Pad. Dans la rue, compte tenu des conditions sanitaires actuelles, c'est plus compliqué, car les gens ont peur, et il y a moins de gens, donc il faut prester plus d'heures de travail pour avoir le même échantillon à la fin».

Sur un échantillon de 500 personnes, la marge d'erreur est estimée de 2 à 4 points. Donc les résultats sont jugés clairs et significatifs.

Ton opinion