MONDIAL DES CLUBS – L'Inter de Milan champion du monde des clubs

Publié

MONDIAL DES CLUBSL'Inter de Milan champion du monde des clubs

L'Inter Milan a remporté le Mondial des clubs en battant les Congolais du Tout-Puissant Mazembe 3 à 0 (mi-temps: 2-0) en finale, samedi, à Abou Dhabi.

Le Français Jonathan Bianiany, inscrit le troisième but de l'Inter en finale de la coupe du monde des clubs à Abu Dhabi face au TP Mazembe.

Le Français Jonathan Bianiany, inscrit le troisième but de l'Inter en finale de la coupe du monde des clubs à Abu Dhabi face au TP Mazembe.

AFP

Mazembe n'a pas été assez puissant contre l'Inter. Le club italien, auteur d'un triplé historique sous Mourinho, a remporté le Mondial des clubs devant une équipe du Tout-Puissant Mozembé paralysée par l'enjeu, pour la première finale d'une formation africaine, les Milanais, trop forts, s'imposant 3-0 samedi à Abou Dhabi.

Ce succès de prestige, grâce à des buts de Pandev (13e), Eto'o (17e) et Biabiany (85e), va apporter un peu de réconfort et de répit à l'Espagnol Rafael Benitez, très critiqué depuis qu'il a pris la succession de José Mourinho. Après un début de saison raté, son équipe n'occupe, en effet, que la 7e place du Championnat d'Italie, à 13 points de l'AC Milan, le leader. Même avec un match en retard à disputer, les Nerazzurri auront du mal à revenir sur les équipes de tête.

Si l'Inter a enlevé samedi son quatrième trophée en 2010, après le Calcio, la Coupe d'Italie et la Ligue des champions, il n'a pas totalement convaincu par son jeu. Mais il s'est montré d'un grand réalisme et a profité au maximum des errements défensifs des champions d'Afrique.

Ainsi, après une entame de match marquée par l'intrusion d'un spectateur sur le terrain, l'Inter a tué tout suspense en cinq minutes.

Samuel Eto'o, deuxième meilleur marqueur du Calcio, servait Goran Pandev dans le dos de la défense de Mazembe, le Macédonien n'avait plus qu'à marquer d'un pointu à ras du sol (13e). Quatre minutes plus tard, Javier Zanetti effectuait un débordement sur la droite de la surface avant de centrer en retrait pour Pandev qui prolongeait le ballon jusqu'à Eto'o. En dépit de deux défenseurs, le Camerounais doublait la mise, également à ras du sol.

La partie était dès lors quasiment terminée, ce qui n'avait pas du tout refroidi l'enthousiasme des supporteurs africains, très bruyants et colorés, dans les tribunes. Les joueurs de Mazembe s'étaient aussi distingués avant le coup de sifflet inaugural en se mettant ensemble dans les buts comme pour symboliser leur toute puissance, un peu à la manière du haka des rugbymen All Blacks.

Au retour des vestiaires, les double champions d'Afrique sont sortis de leur torpeur et auraient mérité de marquer au moins un but comme à la 65e minute où Julio Cesar avait dû boxer un ballon fuyant venu de la droite, ou à la 74e quand Kaluyituka, seul devant le portier de l'Inter, avait trop poussé son ballon. Mais la meilleure occasion de Mazembe survenait à la 79e quand une reprise à bout portant de Kaluyituka avait été repoussée d'une belle parade par Julio Cesar.

En contre, le Français Jonathan Bianiany, entré un quart d'heure plus tôt, est allé battre avec plein de culot et pour la troisième fois Muteba Kidiaba après une superbe ouverture de Dejan Stankovic (85e).

Les Milanais, vainqueurs en 1964 et 65 de la Coupe intercontinentale, l'ancêtre du Mondial des clubs, ramènent en Europe le trophée pour la quatrième fois après l'AC Milan (2007), Manchester United (2008) et le FC Barcelone (2009).

Ce titre conclut une saison parfaite pour les Lombards, lauréats de la Ligue des champions, de la Serie A et de la Coupe d'Italie, alors sous la direction de José Mourinho, remplacé par Rafael Benitez depuis son passage au Real Madrid.

Battu à la surprise générale en demi-finale par Mazembe, l'Internacional Porto Alegre a tout de même quitté les Emirats sur une note positive en prenant la 3e place du tournoi. Les Brésiliens ont dominé sans trop de peine les Sud-Coréens de Seongnam Ilhwa Chunma (4-2). Les buts ont été signés par Tinga et Alecsandro en 1re mi-temps, puis par D'Alessandro et encore Alecsandro après la pause. Le doublé de Molina (84e/93) a été bien trop tardif pour les Asiatiques.

afp

Pillages et tirs en l'air de la police à Lubumbashi

La police a tiré des coups de feu en l'air samedi à Lubumbashi, dans le sud-est de la RD Congo, pour mettre fin à des pillages de boutiques de ressortissants chinois après la défaite du club local de Mazembe en finale du Mondial des clubs, a constaté un correspondant de l'AFP.

Peu après la défaite du Tout-Puissant Mazembe, le club de Lubumbashi, face à l'Inter Milan (3-0) à Abou Dhabi, des spectateurs qui regardaient le match dans le centre de la capitale du Katanga (sud-est de la RDC) se sont mis à casser les vitrines et piller plusieurs boutiques de téléphonie mobile appartenant à des ressortissants chinois.

La police a dû intervenir et tirer plusieurs coups de feu en l'air pour disperser les pilleurs.

Le calme est revenu rapidement et aucune personne n'a été blessée, selon les premiers éléments d'informations recueillis sur place.

Pendant la rencontre regardée sur un écran géant installé dans le centre-ville ou sur des téléviseurs dans des bars, des spectateurs avaient protesté contre des décisions de l'arbitre du match, un Japonais, et des spectateurs ont alors crié «les Chinois doivent rentrer chez eux».

De nombreux Chinois travaillent à Lubumbashi et au Katanga, où des entreprises chinoises exploitent du cuivre dont le sous-sol de cette province regorge.

Ton opinion