Démenti – L'Iran pas sûr de libérer les otages

Publié

DémentiL'Iran pas sûr de libérer les otages

La justice
iranienne a démenti mercredi
la décision de libérer les deux Américains Shane Bauer et Josh Fattal, annoncée par le président Ahmadinejad.

L'annonce par le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, de la libération des deux otages américains, Shane Bauer et Josh Fattal, est-elle recevable?

L'annonce par le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, de la libération des deux otages américains, Shane Bauer et Josh Fattal, est-elle recevable?

Reuters

«L'Autorité judiciaire dément les informations concernant la libération de deux Américains accusés d'espionnage», a indiqué un communiqué officiel. Le président Mahmoud Ahmadinejad avait annoncé, dans une interview au Washington Post et à la chaine NBC, que les deux Américains détenus depuis juillet 2010 par Téhéran pour espionnage seraient libérés «dans les deux jours» à la suite d'un «geste humanitaire unilatéral» de l'Iran.

Leur avocat, Massoud Shafii, avait ensuite confirmé avoir été informé par les autorités judiciaires de la décision de libérer les deux Américains contre une caution de 500 000 dollars chacun. Les deux hommes «seront libérés dès que la caution aura été versée», avait-il aussi ajouté. Me Shafii a affirmé qu'à sa connaissance «rien n'avait changé» dans la décision des autorités judiciaires, mais qu'il manquait encore la signature d'un juge sur le document de libération sous caution et que celle-ci risquait d'être reportée après le week-end iranien.

Shane Bauer et Josh Fattal, âgés de 29 ans, ont été condamnés chacun le 21 août à huit ans de prison par le tribunal révolutionnaire de Téhéran sous la double accusation d'espionnage et d'entrée illégale en Iran. Les deux Américains avaient été arrêtés le 31 juillet 2009 à la frontière irakienne avec une compatriote, Sarah Shourd, 32 ans, libérée en septembre 2010 pour des raisons humanitaires. Ils ont affirmé avoir franchi cette frontière par erreur après s'être égarés pendant une randonnée dans les montagnes du Kurdistan irakien.

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion