Elimination de l’Italie – L'Italie voit désormais la vie en noir

Publié

Élimination de l’ItalieL'Italie voit désormais la vie en noir

La défaite de la Squadra Azzurra fait la Une des quotidiens transalpins. Les journaux sont unanimes après l’élimination des champions du monde en titre du Mondial 2010.

«Tutto nero!», «Tout est noir!», titre la Gazzetta dello Sport au-dessus d’une photo sur laquelle le capitaine italien Cannavaro, le regard dans le vide, console Fabio Quagliarella. Le titre du quotidien sportif italien est un jeu de mots rappelant celui du 10 juillet 2006, le jour suivant la victoire de l’Italie en Allemagne. «Tutto vero!», «Tout est vrai!», titrait le quotidien à l’époque. Mais cette dernière est révolue. Puisque pour le quotidien rose, «la pire équipe italienne depuis toujours» était en Afrique du Sud. L’Italie ne s’était jamais fait éliminer d’un Mondial sans même avoir gagné un match. Et Lippi clos son contrat de sélectionneur avec un résultat désastreux: deux matches nuls et une défaite.

«Azzurri, vergogna e lacrime», «Azzurri, honte et larmes», écrit La Repubblica sur sa Une. La Slovaquie gagne 3 – 2 et nous élimine au premier tour. Cela n’était plus arrivé depuis 1974. «Waterloo Azzurra. Il peggior mondiale della nostra vita», «Waterloo Azzurra. Le pire Mondial de notre vie», affirme le quotidien. «C’était notre équipe, la plus horrible, ignoble et honteuse depuis la réinvention de la Coupe par Rimet. Un supplice de trois matches au final comique». Et le parti populiste de la Ligue du nord passe à l’attaque. Pour lui, «il y a trop d’étrangers dans le championnat.»

Un cycle se termine

Pour le Corriere della Sera, «un cycle se termine». Le journal milanais estime qu’il s’agit de la pire équipe italienne de l’histoire. Et pour lui aussi la défaite devient un cas politique. La Ligue du nord attaque le grand nombre de joueurs étrangers présents dans le championnat. «Fallimento Lippi. La pagina piu nera del nostro calcio», titre La Stampa, «Lippi a failli. La page la plus noire de notre football». Pour le journal turinois, une Italie sans talent ni courage s’est fait éliminer par la Slovaquie. «Maintenant ils nous feront chevaliers de la honte», affirme Gennaro Gattuso.

Déjà hier tout de suite après le match, les commentaires n’étaient pas tendre vis-à-vis de la Nazionale. «Honte» sur les Azzurri. «A casa con vergogna» (à la maison dans la honte), a titré immédiatement après la fin du match, le journal sportif la Gazzetta dello Sport sur son site Internet, estimant que l'Italie avait été «humiliée par la Slovaquie».

«Quelle honte !»

La photo de deux joueurs de l'équipe d'Italie, les attaquants Vincenzo Iaquinta et Antonio Di Natale, se prenant la tête entre les mains, était surmontée du titre: «Lippi: j'assume toute la responsabilité». «Italie quelle honte ! Dehors et dernière de son groupe derrière la Nouvelle-Zélande», assénait à son tour Il Corriere dello Sport devant une photo de Fabio Cannavaro et d'autres joueurs, la mine sombre ou essuyant des larmes.

«Ce n'était pas arrivé depuis 1974 que l'Italie se fasse sortir aux éliminatoires d'un Mondial. Cela s'est produit cette fois-ci au terme d'un tournoi où les Azzurri n'ont pratiquement jamais commencé à jouer», a ajouté Il Corriere dello Sport. Le site Internet du journal sportif a jugé l'équipe «trop lente et prévisible», estimant qu'elle n'avait commencé à jouer «avec le cœur et l'âme qu'en deuxième période». «Pas belle l'Italie ! On en prend trois et on retourne à la maison», a commenté Il Corriere della Sera, entre deux photos de supportrices en pleurs. «Adieu au Mondial», ajoutait le journal sur son site Internet au-dessus d'une photo de Marcello Lippi, tête baissée, mains derrière la nuque.

lessentiel.lu avec AFP

Ton opinion