Gerard Lopez – «L'objectif reste de nous battre pour des podiums»

Publié

Gerard Lopez«L'objectif reste de nous battre pour des podiums»

Gerard Lopez fait le point sur les finances de Lotus F1 et sur les ambitions de son écurie pour 2014.

Gerard Lopez (à d.) ici avec Éric Boullier assure que Lotus F1 conserve de grandes ambitions sportives pour la saison 2014.

Gerard Lopez (à d.) ici avec Éric Boullier assure que Lotus F1 conserve de grandes ambitions sportives pour la saison 2014.

Lotus F1 Team

L’essentiel: Où en est Lotus F1 dans la préparation de la saison 2014?

Gerard Lopez: Nous sommes l’une des équipes qui a commencé le plus tôt à préparer cette saison, il y a deux ans. Nous sommes dans les temps pour être au rendez-vous à la date que nous nous sommes fixée, lors des tests de Bahreïn (à partir du 19 février).

La monoplace ne sera-t-elle dévoilée qu'au Bahreïn?

Oui, nous avons travaillé sur des solutions innovantes et nous souhaitons garder le secret jusqu’aux tests. Elle ne sera donc dévoilée que là-bas.

Vous avez annoncé une monoplace différente des autres...

Sans savoir à quoi ressembleront les autres monoplaces, nous avons utilisé des procédés innovants, ce qui nous laisse penser qu’elle sera différente. Quant à dire si elle le sera par le fond ou la forme, nous ne préférons pas en parler pour le moment.

Quelles sont, eu égard aux difficultés financières de l'écurie évoquées dans la presse, vos ambitions pour 2014?

Nous conservons les mêmes ambitions. L’écurie n’a pas changé. Nous avons choisi de ne pas commenter les articles concernant la question des finances qui sont souvent sortis de leur contexte. L’écurie a moins de dettes que lorsque nous l’avons reprise. L'essentiel de la dette (NDLR: estimée à 140 millions d'euros) concerne de l’argent que nous nous devons à nous-mêmes, pas à des tierces parties. La société se porte bien et sportivement notre objectif sera encore de nous battre pour des podiums et des victoires.

Qu’en est-il de la participation de Quantum?

La participation telle qu’elle était prévue a été abandonnée (NDLR: rachat de 35 % des parts de l'écurie par Quantum). Mais Quantum nous a recontactés avec d'autres propositions. Deux autres groupes sont par ailleurs intéressés. Nous ne fermons aucune porte.

Renault restera-t-il votre motoriste?

Nous avons attendu pour annoncer le contrat, car la discussion avec Renault dépasse la question du moteur. C’est un partenaire proche. Mais il est acquis que le motoriste de Lotus F1 sera Renault cette saison, comme la précédente et la suivante.

Vous avez dénoncé les inégalités entre les écuries en F1…

Ce déséquilibre existe et il est flagrant. Certaines équipes touchent de l’argent pour participer au championnat du monde et d’autres pour la performance. Nous faisons partie de la seconde catégorie. Le système actuel a tendance à privilégier les équipes qui ont le plus de moyens. La F1 se doit de soutenir toutes les équipes et là je ne parle pas que de nous mais aussi d’autres écuries plus petites. Car une Formule 1 où seules cinq équipes peuvent dominer, n’intéresse personne. Notre cas est un peu à part car nous avons un budget inférieur à d’autres, mais historiquement, comme le montrent la saison 2013 et la précédente, nous avons pu rouler avec les meilleurs.

Quel bilan tirez-vous de vos quatre ans de présence en F1?

Il est bon. Nous avons pris une équipe aux abois qui était huitième au classement constructeurs, n'avait qu’un sponsor sur la voiture et dont l'image était ternie. Aujourd’hui, nous sommes contents sur le plan sportif. Au niveau des finances, nous sommes en train de réussir notre pari, à savoir disposer d’un budget qui tient la route et nous avons su profiter de la plate-forme de business que propose la F1.

Recueilli par Nicolas Martin

Lotus prépare le Roadshow 2014

Après Red Bull l’an passé, Lotus F1 sera sur le Roadshow 2014 à Esch Belval. «Nous n’avons pas pu le faire l’an passé car nos voitures étaient sur un roadshow à Manille au même moment. Mais pour Eric Lux, l’autre propriétaire de l’écurie dont le nom est moins souvent cité, comme pour moi, cet événement est intéressant. Nous sommes luxembourgeois et personnellement je suis eschois. J’ai pu me rendre compte l’an passé que l’événement était bien organisé et avait une envergure importante à l’échelle du Luxembourg. Notre soutien apparaissait donc comme une évidence.

Ton opinion