Vaccin au Luxembourg – L'obligation vaccinale partielle fait son chemin
Publié

Vaccin au LuxembourgL'obligation vaccinale partielle fait son chemin

LUXEMBOURG – Le Premier ministre Xavier Bettel a indiqué, mercredi, que le gouvernement suivait les recommandations des experts scientifiques sur l’obligation vaccinale.

Le gouvernement veut suivre l'avis des experts sur l'obligation vaccinale.

Le gouvernement veut suivre l'avis des experts sur l'obligation vaccinale.

Editpress/Julien Garroy

«Nous avons besoin d’une obligation vaccinale. La question est tranchée: pas par les politiciens, mais par les scientifiques», a indiqué mercredi, Xavier Bettel (DP) à la tribune de la Chambre des députés, lors d'un débat de consultation. Le gouvernement se place dans la lignée des experts auditionnés la semaine dernière. «Ils recommandent une obligation pour les plus de 50 ans et pour le personnel soignant. Le gouvernement va suivre ces recommandations. C’est basé sur des études scientifiques», a clamé le Premier ministre.

Xavier Bettel avait débuté son discours en évoquant la situation sanitaire. «Nous avons plusieurs fois dit que la pandémie était bientôt terminée. Mais elle est repartie à chaque fois au bout d’un certain temps». Cependant, la situation actuelle est «bien meilleure qu’il y a douze mois, grâce à la vaccination», a-t-il lancé, en évoquant le fait que les hôpitaux ne soient plus surchargés. L’obligation vaccinale constitue «la décision la plus difficile que j’aie eu à prendre ces dernières années», a déclaré le Premier ministre.

«Voir comment nous allons retrouver nos libertés»

Sam Tanson (Déi Gréng), ministre de la Justice, a défendu l’idée d’une obligation pour une partie de la population. «Tout doit être essayé, tous les moyens doivent être mis en œuvre pour mettre fin à cette pandémie». La question des droits fondamentaux se pose, reconnaît-elle: «Nous devons voir comment retrouver nos libertés, même si cela doit passer par des restrictions temporaires».

Contre les contrevenants, le gouvernement réfléchit à des amendes administratives, dont le montant reste à déterminer. Enfin, Paulette Lenert (LSAP), ministre de la Santé, s’est de nouveau montrée prudente sur l’obligation vaccinale, après avoir loué l’apport des vaccins. «Nous avons jusqu’à présent géré avec des mesures pondérées, graduées. L’obligation est un moyen de pression supplémentaire». Cela reste selon elle «le dernier recours». La prise de position du gouvernement est suivie ce mercredi après-midi par celles des groupes et tendances politiques représentées à la Chambre des députés.

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Ton opinion