Syndicat au Luxembourg – L'OGBL évoque la «fracture sociale» et les frontaliers

Publié

Syndicat au LuxembourgL'OGBL évoque la «fracture sociale» et les frontaliers

LUXEMBOURG – Le syndicat OGBL estime que l'orientation du programme de la nouvelle coalition est globalement positive. Mais il émet quelques critiques.

Si la gratuité des transports est «une bonne chose» pour André Roeltgen, président de l'OGBL, il veut que la décarbonisation de l'économie «ne crée pas une nouvelle fracture sociale».

Si la gratuité des transports est «une bonne chose» pour André Roeltgen, président de l'OGBL, il veut que la décarbonisation de l'économie «ne crée pas une nouvelle fracture sociale».

Editpress/Isabella Finzi

«Nous ne dirons pas que le programme de coalition est génial ou au contraire désastreux». L'OGBL, par la voie de son président André Roeltgen, a émis mardi son analyse du document publié par le nouveau gouvernement, trouvant de nombreux points positifs. «Certaines mesures sont même défendues depuis longtemps par l'OGBL», reprend son dirigeant.

Sur la forme, André Roeltgen a tenu à souligner que le gouvernement prévoyait «beaucoup de discussions» sur des sujets qui lui tiennent à cœur, comme le droit du travail et la sécurité sociale. Il se félicite donc de «l'esprit de dialogue social». Le syndicaliste se réjouit aussi que la nouvelle équipe gouvernementale ne remette pas en cause le principe d'indexation des salaires et propose une augmentation du salaire minimum. Sur ce dernier point, l'OGBL, qui proposait une hausse de 10% avant les élections, estime cependant qu'il faudra aller plus loin durant la législature.

Les frontaliers lésés?

Si la gratuité des transports est «une bonne chose», selon André Roeltgen, il veut que la décarbonisation de l'économie «ne crée pas une nouvelle fracture sociale». Il juge «absurde» de revenir sur l'abattement fiscal pour les frais de déplacement et voudrait que la gratuité profite également aux frontaliers.

Les travailleurs habitant à l'étranger seraient également lésés, selon l'OGBL, par le fait que le gouvernement «promeuve les allocations familiales en nature, avec par exemple la gratuité des maisons-relais». Le syndicat propose de contrecarrer cette «iniquité» par des crédits d'impôts.


(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Ton opinion