Droits de l'homme – L'ONU hausse le ton face à la Corée du Nord

Publié

Droits de l'hommeL'ONU hausse le ton face à la Corée du Nord

Les crimes commis par Pyongyang sont comparables à ceux des nazis, du régime apartheid et des Khmer rouges, et doivent recevoir un coup d'arrêt, selon le président d'une commission d'enquête de l'ONU.

Pour la première fois, des juristes mandatés par l'ONU ont établi un réquisitoire accablant et argumenté contre le régime nord-coréen.

Pour la première fois, des juristes mandatés par l'ONU ont établi un réquisitoire accablant et argumenté contre le régime nord-coréen.

AFP

«Affronter les fléaux du nazisme, de l'apartheid et des Khmers Rouges a requis du courage de la part des grandes nations», a déclaré lundi Michael Kirby, président d'une commission d'enquête sur la Corée du Nord, devant le Conseil des droits de l'homme de l'ONU. Il est selon lui impératif d'affronter «les violations des droits de l'homme et les crimes contre l'humanité perpétrés dans la République populaire de Corée. Nous sommes maintenant au XXIe siècle et pourtant nous faisons face à un autre fléau honteux qui touche le monde aujourd'hui. Nous ne pouvons plus nous permettre de ne pas le voir».

Pour la première fois, des juristes mandatés par l'ONU ont établi un réquisitoire accablant et argumenté contre le régime nord-coréen, l'accusant de crimes contre l'humanité à grande échelle, dans leur rapport publié le 17 février dernier. «La Commission a établi que des violations systématiques, étendues et grossières des droits de l'homme ont été et sont commises par la République populaire démocratique de Corée, et dans de nombreux cas, ces violations constituent des crimes contre l'humanité», indique le rapport.

«Ces crimes découlent de politiques établies au plus haut niveau de l'État», a souligné lundi M. Kirby, appelant une fois de plus la communauté internationale à agir et à faire appel à la Cour pénale internationale (CPI). Le 17 février, l'expert avait souligné que le numéro un nord-coréen Kim Jong-un avait «une grande part de responsabilité» dans les crimes.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion