Aide aux réfugiés – L'ONU n'a plus l'argent nécessaire
Publié

Aide aux réfugiésL'ONU n'a plus l'argent nécessaire

Les fonds du Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés sont réduites à zéro par la multiplication des crises. Plus de 700 000 personnes ont cette année déjà cherché un refuge à l'étranger.

L'ONU a lancé un appel pour 3 milliards d'euros.

L'ONU a lancé un appel pour 3 milliards d'euros.

«Nous affrontons quatre crises aiguës en même temps : la Syrie, le Mali, le Soudan et la République démocratique du Congo», a affirmé à Genèvele Haut Commissaire Antonio Guterres, lors d'une conférence de presse ce vendredi. «Ces nouvelles crises s'ajoutent à des conflits prolongés non résolus, comme la Somalie et l'Afghanistan», a-t-il dit. «Nos réserves sont à zéro, nous sommes débordés et nous subissons une pression énorme en raison de cette combinaison dramatique de crises anciennes et nouvelles», a déclaré le responsable de l'agence de l'ONU. Le HCR a lancé un appel pour un budget révisé de près de quatre milliards de dollars (environ 3 milliards d'euros).

Le HCR a enregistré 320 000 réfugiés syriens dans les pays voisins et prévoit qu'ils seront 700 000 à la fin de l'année. Plus de 200 000 habitants du Mali ont fui les violences et l'insécurité alimentaire et 200 000 nouveaux réfugiés soudanais doivent être assistés au Soudan du Sud, a précisé M. Guterres. En outre, quelque 60 000 Congolais ont fui la recrudescence des affrontements dans l'est de la RDC vers l'Ouganda et le Rwanda. «Il faut ajouter à ces nouveaux réfugiés le million de réfugiés somaliens au Kenya et en Éthiopie, un million d'Afghans, les 280 000 déplacés soudanais au Darfour», a affirmé le Haut Commissaire.

Syrie: assurances de la Turquie

Antonio Guterres a lancé un appel aux gouvernements à laisser leurs frontières ouvertes. «Jusqu'ici, les frontières sont restées ouvertes. Il faut continuer, malgré les problèmes de sécurité», a affirmé M. Guterres. Interrogé sur les conséquences des incidents frontaliers entre la Syrie et la Turquie, le Haut Commissaire a affirmé avoir reçu «des assurances claires» sur le maintien de l'ouverture de la frontière et l'accueil des réfugiés syriens sur le territoire turc. Selon Antonio Guterres, lors de la réunion du comité exécutif cette semaine, les États ont exprimé «un fort soutien» à l'agence de l'ONU.

Il a en même temps révélé que le HCR a adopté un programme destiné à économiser 60 millions de dollars sur ses frais de fonctionnement (voyages, formation, procédures d'achat des marchandises). Le budget du siège a été réduit à 9% du total des dépenses. Le HCR a ralenti également ses opérations de rapatriement des réfugiés ivoiriens, faute de financement. Médecins sans frontières (MSF) a critiqué en début de semaine une aide insuffisante aux 460 000 réfugiés somaliens dans les camps de Dadaad, au Kenya. Le HCR s'est engagé à renforcer son assistance pour lutter contre les cas de choléra et d'hépatite E dans les camps.

(L'essentiel Online/ats)

Ton opinion