Brexit/Bruxelles – L'UE et le Royaume-Uni ont trouvé un accord
Publié

Brexit/BruxellesL'UE et le Royaume-Uni ont trouvé un accord

Une rencontre entre Jean-Claude Juncker et Theresa May, vendredi dès 7h, a permis de parvenir à un accord sur la première phase des négociations du Brexit.

Les deux dirigeants se sont serré la main à l'arrivée de Mme May, avant de s'éclipser pour leur rencontre prévue à 7h, heure à Bruxelles.

Les deux dirigeants se sont serré la main à l'arrivée de Mme May, avant de s'éclipser pour leur rencontre prévue à 7h, heure à Bruxelles.

AFP

La Première ministre britannique, Theresa May, était reçue depuis 7h à Bruxelles par le président luxembourgeois de la Commission, Jean-Claude Juncker, pour une rencontre de dernière minute, alors que l'Union européenne et Londres tentaient de parvenir à un accord sur la première phase des négociations du Brexit. Les deux dirigeants se sont serré la main à l'arrivée de Mme May, avant de s'éclipser pour leur rencontre, a constaté l'AFP.

Moins d'une heure après, la Commission européenne a estimé que des «progrès suffisants» ont été atteints sur les conditions du divorce avec le Royaume-Uni, ouvrant la porte à l'ouverture de la deuxième phase de négociations sur la future relation. Il revient désormais au Conseil européen, instance qui regroupe les dirigeants des États membres, de valider le constat de la Commission, est-il précisé dans un communiqué de l'exécutif européen.

Sur le modèle du Canada

En cas de validation du Conseil européen, l'UE travaillera sur un accord commercial avec le Royaume Uni sur le modèle de celui conclu avec le Canada, a déclaré vendredi le négociateur en chef de l'Union sur le Brexit, Michel Barnier. Étant donné les exigences britanniques, il reste un modèle possible, «un free trade agreement (un accord de libre échange) sur le modèle du Canada. (...) Ce sont nos amis britanniques qui indiquent ces lignes rouges (...) Donc ce sera sur ce modèle là que nous travaillerons», a expliqué M. Barnier.

Le temps pressait pour Mme May, les Européens avaient donné jusqu'à dimanche au Royaume-Uni pour finaliser ce premier accord provisoire. La Première ministre britannique a assuré que l'accord préliminaire trouvé garantit l'absence de frontière physique entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord.

«En Irlande du Nord, nous garantirons qu'il n'y aura pas de frontière dure», a dit Mme May, lors d'une conférence de presse à Bruxelles.

(L'essentiel/AFP)

45 milliards d'euros

Le montant de la facture du Brexit que devra régler Londres à Bruxelles est estimé entre 40 et 45 milliards d'euros, a annoncé vendredi un porte-parole de Downing Street interrogé par l'AFP. Dans la matinée, les dirigeants de chaque camp avaient annoncé la conclusion d'un accord de principe sur les trois dossiers prioritaires de leur séparation, sans toutefois annoncer de chiffre.

Ton opinion