Crise ukrainienne – L'UE reconduit des sanctions contre la Russie

Publié

Crise ukrainienneL'UE reconduit des sanctions contre la Russie

Constatant l'absence de progrès dans la mise en œuvre des accords de paix dans la crise ukrainienne, l'Union européenne a décidé de sanctionner Moscou, six mois de plus.

Donald Tusk déplore le retard pris dans la mise en œuvre des accords de Minsk.

Donald Tusk déplore le retard pris dans la mise en œuvre des accords de Minsk.

AFP/John Thys

Les 28 dirigeants de l'UE réunis en sommet à Bruxelles ont décidé jeudi de prolonger pendant six mois les sanctions économiques imposées à la Russie depuis 2014 en raison de l'absence de progrès dans la mise en œuvre par Moscou des accords pour faire cesser les combats dans l'est de l'Ukraine, a annoncé le président du conseil Donald Tusk.

Mais ils n'ont pas ajouté de nouvelles sanctions pour appuyer leur condamnation du rôle joué par la Russie dans l'incident militaire en mer d'Azov, fin novembre. «Les dirigeants de l'UE sont convenus à l'unanimité de prolonger les sanctions économiques contre la Russie car aucun progrès n'a été enregistré dans la mise en œuvre des accords de Minsk», a écrit M. Tusk sur son compte twitter. Ces sanctions sont reconduites de six mois en six mois depuis juillet 2014. «Il s'agit de la huitième reconduction consécutive», a souligné le porte-parole de M. Tusk.

«Compte tenu de la tension après les incidents dans la mer d'Azov, la reconduction des sanctions passera assez facilement», avait prédit mercredi un diplomate européen. De fait, la décision a été prise en quelques minutes, après un long débat sur le projet de budget de l'Union européenne pour la période 2021-2027. Mais les 28 sont toujours divisés sur l'opportunité de renforcer les mesures ciblant les échanges avec la Russie après les incidents en mer d'Azov. Or, de nouvelles sanctions nécessitent l'unanimité. L'Union européenne a adopté plusieurs séries de sanctions diplomatiques et économiques pour protester contre l'annexion de la Crimée par la Russie et son soutien aux mouvements séparatistes dans l'est de l'Ukraine.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion