Commission européenne – L'UE s'en prend au géant russe Gazprom
Publié

Commission européenneL'UE s'en prend au géant russe Gazprom

L'Union européenne a accusé mercredi le géant gazier russe d'abus de position dominante sur plusieurs marchés en Europe centrale et orientale, au risque d'ouvrir un nouveau front avec Moscou.

«Cette affaire n'est pas politique», s'est défendu Margrethe Vestager, la commissaire européenne à la Concurrence.

«Cette affaire n'est pas politique», s'est défendu Margrethe Vestager, la commissaire européenne à la Concurrence.

AFP/John Thys

Une semaine après s'en être pris au géant américain Google, la Commission a envoyé une «communication des griefs» au bras gazier du Kremlin, suite à une enquête ouverte en août 2012. Cette accélération de la procédure pourrait se traduire par une amende allant jusqu'à 10% du chiffre d'affaires mondial du groupe, soit plus de 9 milliards d'euros.

Ce geste a été immédiatement dénoncé par Gazprom. «Les objections présentées par la Commission européenne sont infondées», a indiqué le groupe public, ajoutant qu'il «adhère strictement à toutes les normes des lois internationales et des législations nationales des pays où il fait des affaires».

«Nous n'avons pas de problème avec le groupe»

Les contrats entre Gazprom et les pays européens «ont été conclus en pleine conformité avec les législations qui étaient alors en vigueur dans l'Union européenne», a renchéri le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. «Cette affaire n'est pas politique», s'est défendu Margrethe Vestager, la commissaire européenne à la Concurrence, alors que beaucoup d'observateurs craignent une réaction «sévère» de Moscou.

«Il s'agit d'un cas de concurrence, fondé sur des faits (...) Nous avons affaire avec une entreprise publique, mais aussi un groupe faisant des affaires en Europe», s'est justifiée Mme Vestager. «Nous n'avons pas de problème avec le groupe, mais avec une façon de faire», a-t-elle insisté. Le groupe russe a désormais 12 semaines pour répondre, et peut demander à être entendu afin de présenter ses arguments.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion