Traité transatlantique – L'UE veut avancer dans le dossier du TTIP

Publié

Traité transatlantiqueL'UE veut avancer dans le dossier du TTIP

La Commission européenne a mis lundi la pression sur les 28 de l'UE pour avancer sur la conclusion d'un traité de libre-échange (TTIP) avec les États-Unis.

Jean-Claude Juncker va demander aux dirigeants de l'UE de reconfirmer le mandat de la Commission pour conduire les négociations avec les États-Unis.

Jean-Claude Juncker va demander aux dirigeants de l'UE de reconfirmer le mandat de la Commission pour conduire les négociations avec les États-Unis.

AFP/Molly Riley

«Au sommet européen de juin, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, va demander aux dirigeants de l'UE de reconfirmer le mandat de la Commission pour conduire ces négociations», a déclaré un porte-parole de l'exécutif européen, Daniel Rosario, lors d'un point-presse. Le sommet européen en question aura lieu les 28 et 29 juin à Bruxelles. «Nous devons nous assurer que nous allons tous dans la même direction. Le président Juncker estime que le moment est venu de demander aux chefs d'État et de gouvernement de l'UE de faire un état des lieux des négociations, en s'interrogeant sur où nous sommes et où nous allons».

La Commission européenne négocie les accords commerciaux pour le compte des 28 pays membres de l'UE. Ces derniers doivent toutefois s'accorder sur le mandat de l'exécutif et signer ces accords. Avec le TTIP, en discussion depuis 2013, l'UE et les États-Unis veulent éliminer leurs barrières douanières et réglementaires. L'objectif fixé est d'avoir un accord avant le départ du président américain Barack Obama de la Maison-Blanche en janvier 2017. Soulignant que les négociations avec les USA sur le TTIP (ou Tafta) étaient entrées «dans une phase importante et cruciale», le principal porte-parole de la Commission européenne, Margaritis Schinas, a exhorté les 28 à apporter leur soutien. «Nous entrons dans une phase politique importante et ce signal politique est important à obtenir».

De nombreuses voix dans l'UE, provenant notamment de grands États membres comme l'Allemagne et la France, se sont élevées récemment contre le manque supposé de concessions de la part des Américains, rendant très incertaine la perspective d'une négociation achevée dans sept mois. Le 27 mai dernier, le président français François Hollande avait souligné que Washington devait «aller beaucoup plus loin» pour que le traité de libre-échange entre l'Union européenne et les États-Unis puisse être conclu.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion