Arbitrage vidéo – L'UEFA veut que l'usage du VAR soit clarifié

Publié

Arbitrage vidéoL'UEFA veut que l'usage du VAR soit clarifié

Le président de l'instance européenne du football a demandé une clarification de l'utilisation de l'arbitrage vidéo, après des cas polémiques, ces dernières semaines.

La VAR est désormais utilisée en Ligue des champions et va apparaître dans d'autres compétitions.

La VAR est désormais utilisée en Ligue des champions et va apparaître dans d'autres compétitions.

AFP/Javier Soriano

L'UEFA souhaite que l'International Board (Ifab), garant des règles du football, éclaircisse l'usage de l'arbitrage vidéo (VAR) dans certains cas litigieux, a déclaré mercredi Aleksander Ceferin, président de la confédération européenne. «Il y a certaines choses qui ne sont pas claires et que nous aimerions qu'on clarifie», a dit le dirigeant en conférence de presse après la réunion du comité exécutif de l'UEFA à Nyon, en Suisse. «Par exemple le hors-jeu: la ligne est très fine et elle est dessinée par les VAR. Donc c'est une ligne subjective pour déterminer un fait objectif, c'est étrange. Les mains ne sont pas claires non plus», a-t-il commenté.

Ceferin a cité encore un autre exemple, celui des décisions annulant un but pour siffler un penalty préalable à l'autre bout du terrain: c'est arrivé en Ligue des champions, fin novembre pour l'Inter Milan, qui pensait mener 2-0 et s'est retrouvée à 1-1 en une poignée de secondes contre le Slavia Prague. Le dirigeant slovène a toutefois assuré qu'il ne comptait pas revenir sur l'utilisation de la VAR, seulement l'améliorer: «Nous devons rendre la technologie plus claire, plus rapide, moins invasive». «Le jeu est en train de changer et nous craignons qu'il change beaucoup trop», a-t-il conclu.

L'UEFA a fait savoir mercredi que la VAR serait utilisée lors des barrages qualificatifs pour l'Euro-2020 fin mars, ainsi que lors des éliminatoires de la zone Europe pour le Mondial-2022. L'Ifab, organe garant des lois du jeu, doit se réunir le 29 février prochain, en Irlande du Nord, pour se prononcer sur les possibles évolutions à apporter aux règles du football. Parmi les réformes envisagées, l'instance réfléchit à la gestion des cas de commotion qui pourrait conduire à l'autorisation des remplacements temporaires.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion