Donetsk sous les bombes – L'Ukraine célèbre sa fête de l'Indépendance

Publié

Donetsk sous les bombesL'Ukraine célèbre sa fête de l'Indépendance

L'Ukraine célébrait dimanche sa fête nationale avec une grande parade militaire à Kiev, tandis que les bombardements ont de nouveau frappé le fief rebelle de Donetsk.

A Kiev, des milliers d'ukrainiens ont rallié le centre pour assister à une parade militaire.

A Kiev, des milliers d'ukrainiens ont rallié le centre pour assister à une parade militaire.

AFP

A Kiev, des milliers d'ukrainiens ont rallié le centre pour assister à une parade militaire, la première depuis 2009, célébrant la fête de l'Indépendance, fête nationale, alors que le pays est engagé dans un conflit meurtrier avec une rébellion prorusse armée dans l'Est. Drapeaux sur les épaules et en costumes traditionnels, ils ont chanté l'hymne ukrainien alors que le drapeau bleu et jaune était hissé sur la place de l'Indépendance, plus connue sous le nom de Maïdan, symbole de la contestation proeuropéenne qui avait débouché sur la chute du régime prorusse de l'ex-président Viktor Ianoukovitch en février. «En temps de guerre, il y avait toujours des parades. Tous les pays pourront voir notre force. Nous devons relever le moral de nos troupes», explique Roman Kovaltchouk, qui est venu exprès du sud de l'Ukraine pour voir la parade avec sa femme et des amis.

«Nous sommes devenus indépendants il y a plus de 20 ans mais l'histoire se répète et nous nous battons aujourd'hui pour l'indépendance», ajoute-t-il. «Ils disent que l'Ukraine n'est pas un vrai pays, mais cela montre que nous le sommes. Nous voulons montrer que nous n'avons pas peur, que nous allons l'emporter», lance Irina Galitskaïa, qui travaille dans une entreprise pharmaceutique à Kiev. A cette occasion, le président ukrainien Petro Porochenko a promis d'allouer plus de 2,2 milliards d'euros au cours des trois prochaines années pour réarmer les forces ukrainiennes. Ces fonds seront utilisés pour acheter avions de combat, navires de guerre et hélicoptères, ce qui constitue «seulement un début modeste» de la renaissance de l'armée ukrainienne, selon M. Porochenko. «La guerre est venue à nous du côté de l'horizon où on ne l'attendait pas», a-t-il lancé à la foule et aux soldats, dans une référence non voilée à la Russie, que Kiev accuse d'armer et de financer la rébellion dans l'Est.

Une 'parade' à Donetsk

Alors que le pays célèbre la fête de l'Indépendance, les habitants du bastion prorusse de Donetsk ont été réveillés au petit matin par de fortes explosions près du centre-ville, dont les bombardements se rapprochent chaque jour un peu plus. Un hôpital a été touché sans faire de victimes, les quelques employés qui n'ont pas fui la ville ayant eu le temps de conduire plusieurs dizaines de patients dans la cave, parfois en brancard. La morgue et deux bâtiments de l'hôpital ont été atteints, ont constaté des journalistes de l'AFP. Cet hôpital est situé à proximité d'une caserne des rebelles qui aurait pu être la cible de l'armée ukrainienne, mais l'origine des tirs n'a pu être établie de manière indépendante. Parmi les patients, plusieurs hommes qui semblent en âge de combattre mais ne présentent aucun signe distinctif permettant de déterminer qu'ils sont combattants d'un camp ou de l'autre.

«A 06H20, on a entendu les explosions, les vitres se sont brisées et le personnel nous a dit de sortir des chambres et nous a aidés à descendre à la cave», raconte Olexandre, blessé la veille au ventre dans un bombardement à l'ouest de la ville. Les rebelles prorusses de Donetsk ont également décidé d'organiser une «parade» pour le jour de la fête nationale ukrainienne. Ils entendent présenter à la population de ce bastion prorusse du matériel militaire ukrainien capturé à l'ennemi. Sur la place Lénine, plusieurs centaines de personnes se sont réunies dimanche matin à l'appel des autorités séparatistes devant une dizaine de véhicules militaires détruits ou capturés. Certains responsables rebelles souhaitent également exhiber des prisonniers de guerre dans les rues. Ce projet semble toutefois ne pas rencontrer l'agrément de tous les responsables séparatistes. A Lougansk, autre bastion des rebelles prorusses, l'aide humanitaire livrée par la Russie ce week-end a commencé à être distribuée à la population, selon les autorités locales.

Kiev a dénoncé plus tôt cette semaine une «invasion directe» de la Russie, après la décision de Moscou de faire entrer unilatéralement son convoi chargé d'aide humanitaire sur le territoire ukrainien. Les observateurs internationaux ont indiqué samedi que tous les camions étaient rentrés en Russie. Le président ukrainien Petro Porochenko a toutefois averti samedi qu'il ne sacrifierait pas la souveraineté du pays pour la paix dans l'Est dans ce conflit qui a déjà fait en quatre mois plus de 2 200 morts et 400 000 réfugiés et déplacés. M. Porochenko a toutefois promis de «parler de paix» avec son homologue russe Vladimir Poutine lors d'un sommet régional à Minsk mardi, espérant le «convaincre de retirer» les rebelles de l'Est du pays.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion