Brockhampton: L'ultime folie du «boys band» phénomène

Publié

BrockhamptonL'ultime folie du «boys band» phénomène

Brockhampton, c'est fini. Phénomène «pop» de ces cinq dernières années, le groupe californien a sorti un dernier album jeudi, plus un autre surprise ce vendredi. Retour sur cette folle aventure.

par
Thomas Holzer
Le collectif Brockhampton s'est séparé.

Le collectif Brockhampton s'est séparé.

Deux albums en 24h. Brockhampton ne pouvait pas quitter la scène sans un dernier cadeau inattendu à leurs fans. Après «The Family» dévoilé jeudi, «TM» a suivi vendredi. Tous les ingrédients du succès du groupe le plus déjanté de ces cinq dernières années y figurent, entre énergie et mélancolie, couplets rap furieux et refrains chantés.

«Thanks to you, thanks to you. It's over», chante Joba dans le poignant «Goodbye». Une dernière danse pour ce collectif californien qui aura marqué le paysage musical, à l'image d'Odd Future (Frank Ocean, Tyler, The Creaor) il y a une quinzaine d'années.

L'ascension de Brockhampton a accompagné les évolutions sociétales. Une bande de «nerds», artistes en herbe, qui se rencontrent via Internet pour ressusciter le schéma démodé du boys-band. Le tout en s'émancipant des codes restrictifs du simple produit marketing inhérents à ce concept.

Noirs, Blancs, gays et hétéros

Kevin Abstract et sa bande sont des créatifs, chanteurs, rappeurs, danseurs, web-designers. Noirs, Blancs, gays et hétéros, leur diversité constitue une force. Ayant déménagé du Texas pour s'installer à Los Angeles, temple des grandes tendances au milieu des années 2010, Brockhampton va émerger de la scène underground jusqu'à devenir l'un des nouveaux groupes phares de la pop américaine.

Une trilogie d'albums baptisée «Saturation» en 2017 et une prestation dantesque à Coachella en 2018 finiront de faire de la bande la sensation musicale de la fin de la dernière décennie. Sur scène, leurs chorégraphies et mises en scène portées par une exceptionnelle cohésion transmettent une énergie communicative à des fans qui se déchainent dans des «pogos».

Le début de la fin

S'en suit un deal à 15 millions de dollars avec le label RCA et le succès commercial avec le premier album en major «Iridescence», qui atteint la première place du Billboard américain en 2018. L'apogée de Brockhampton? En coulisse, le collectif a commencé à se déchirer avec le départ, quelques mois avant la sortie du nouveau disque, d'Ameer Vann, l'un des membres fondateurs, accusé d'agression sexuelle.

En quête de célébrité, Kevin Abstract, tête pensante de Brockhampton, tente l'aventure solo, et le groupe ne cache plus ses dissensions internes. Si la magie opère toujours sur le plan musical, le groupe se rend finalement à l'évidence et décide de se séparer après la pandémie. «Nos deux spectacles à Londres et à Coachella seront nos derniers avant une interruption à durée indéterminée», a-t-il communiqué début 2022.

Leur dernière sur scène dans le désert californien n'a pas eu la même saveur que leur inoubliable prestation de 2018. Mais elle s'est conclue par l'annonce d'un tout dernier album à la fin de l'année. Deux en réalité. Nous y voilà. Ce vendredi, tous les fans de Brockhamtpon ont forcément eu un léger pincement au cœur…

Ton opinion

3 commentaires