Sommet de l'UA – L'Union Africaine veut une force de paix

Publié

Sommet de l'UAL'Union Africaine veut une force de paix

Dimanche, l'Union africaine s'est déclarée prête à contribuer à une force de paix régionale contre les rebelles dans l'est de la République démocratique du Congo.

L'Union Africaine souhaite l'unité du continent africain.

L'Union Africaine souhaite l'unité du continent africain.

AFP

L'organisation était réunie pour un sommet à Addis Abeba dominé par les crises régionales et une élection à un poste-clé de l'organisation. En ouvrant le sommet, le président en exercice de l'Union, le béninois Thomas Boni Yayi, a exhorté ses membres à l'unité, faisant du scrutin devant élire le président de la Commission de l'UA, un test de la capacité de l'organisation «à unifier» le continent africain.

L'UA «est disposée à contribuer à la constitution d'une force régionale pour mettre un terme définitif aux agissements des groupes armés» dans l'est de la RDC, a affirmé le président sortant de la Commission, le Gabonais Jean Ping. Des soldats mutins se revendiquant d'un «Mouvement du 23 mars» (M23) ont retourné leurs armes ces derniers mois contre les forces régulières de RDC, auxquelles ils avaient été intégrés dans le cadre d'un accord de paix avec Kinshasa signé le 23 mars 2009, et conquis plusieurs localités de l'est du pays.

La mise en place d'une force internationale neutre

Un rapport de l'ONU accuse le Rwanda voisin de soutenir ces rebelles, ce que Kigali dément. Les chefs des Etats membres de la Conférence internationale sur la région des Grands lacs (CIRGL), une organisation régionale, ont commencé dimanche après-midi à discuter de cette crise, en marge du sommet qui doit durer jusque lundi.

Ils devaient notamment étudier une proposition de leurs ministres des Affaires étrangères de «travailler avec l'UA et l'ONU pour la mise en place immédiate d'une force internationale neutre pour éradiquer le M23 (...) et toutes autres forces négatives dans la région des Grands lacs». Aucune précision n'a été donnée à ce stade sur la coordination entre une telle force et les 17 000 militaires et 2000 civils de la mission de l'ONU (MONUSCO) déployée depuis fin 1999, principalement dans l'est instable du pays.

(L'essentiel Online/ats)

Des élections au Congo

Les Congolais se sont rendus aux urnes dimanche, sans incident, pour le premier tour des législatives afin de désigner 135 députés de leur Assemblée nationale sur laquelle le camp du président Denis Sassou Nguesso devrait conserver sa mainmise. Un peu plus de 1 200 candidats, dont 124 femmes, sont en lice pour un mandat de 5 ans. L'affluence était faible à la mi-journée, mais «on suppose que le peuple n'est pas encore sorti», a déclaré Martine Logbo, une observatrice responsable du Groupe international pour la promotion de la démocratie du système électoral, basé en Côte d'Ivoire.

Ton opinion