Zone euro – La BCE intransigeante avec la Grèce

Publié

Zone euroLa BCE intransigeante avec la Grèce

La Banque centrale européenne reste opposée à tout défaut de la Grèce, total ou partiel, a répété jeudi, son président Jean-Claude Trichet, au cours d'une conférence de presse à Francfort.

Trichet ne laissera rien passer à la Grèce et continue de soutenir le Portugal. (AFP)

Trichet ne laissera rien passer à la Grèce et continue de soutenir le Portugal. (AFP)

«Notre position n'a pas changé. Pas de défaut partiel, pas d'événement de crédit. Point», a déclaré M. Trichet. En d'autres termes, en cas de défaut total ou partiel de la Grèce, la BCE pourrait cesser de considérer les obligations grecques comme des garanties suffisantes en échange des prêts qu'elles accordent aux banques de la zone euro, ce qui pourrait s'avérer très problématique pour nombre d'entre elles. M. Trichet a également souligné qu'il était de la «responsabilité des gouvernements de discuter avec les investisseurs privés», de leur participation au nouveau plan d'aide à Athènes.

«Nous ne prenons pas les décisions, ce sont les gouvernements qui le font et nous ne voulons pas nous substituer à ceux qui les prennent. Chacun son niveau de responsabilité», a-t-il déclaré. Mais «un défaut ou un défaut partiel, nous ne considérons pas ça comme approprié. Point», a-t-il ajouté. Il a rappelé par ailleurs que le «respect rigoureux» des mesures d'austérité votées en Grèce, mais aussi au Portugal et en Irlande, était «absolument essentiel» pour favoriser le retour de la confiance des marchés financiers, dans ces pays très endettés.

(L'essentiel Online/AFP)

Soutien aux banques portugaises

La banque centrale européenne a infligé jeudi, un camouflet à l'agence de notation Moody's en décidant de continuer à accepter des titres de dette portugaise dans ses échanges avec les banques du pays. Par cette décision qui revient de facto à ignorer la mise en garde de Moody's sur la solvabilité du Portugal, la BCE a apporté «une réponse immédiate» à l'agence, a fait valoir son président Jean-Claude Trichet, lors d'une conférence de presse à Francfort (ouest).

La BCE relève son principal taux directeur à 1,5%

La Banque centrale européenne (BCE) a relevé son principal taux directeur de 1,25% à 1,50%, a annoncé jeudi, l'un de ses porte-parole. Ce relèvement était attendu car la BCE avait multiplié les avertissements sur l'inflation depuis la précédente réunion du conseil des gouverneurs début juin, où elle avait laissé ses taux directeurs inchangés après la première hausse effectuée en avril depuis près de trois ans. Par ailleurs, le taux de prêt marginal de la BCE est passé de 2% à 2,25% et le taux de rémunération des dépôts a été porté de 0,50% à 0,75%. L'inflation en zone euro a atteint 2,7% en juin, comme en mai, après 2,8% en avril. Soit bien au-delà de l'objectif fixé par la BCE de la maintenir sous les 2% à moyen terme.

Ton opinion