Prêt – La BEI a investi 480 millions d'euros au Grand-Duché
Publié

PrêtLa BEI a investi 480 millions d'euros au Grand-Duché

LUXEMBOURG - Avec la crise, la Banque européenne d'investissement a prêté beaucoup plus l'année dernière. Notamment au Luxembourg.

Philippe Maystadt estime que la BEI a bien rempli son contrat. (AP)

Philippe Maystadt estime que la BEI a bien rempli son contrat. (AP)

La Banque européenne d'investissement, bras financier de l'Union européenne installé au Kirchberg, soutient l'investissement partout en Europe et même au-delà. Mais elle agit aussi au Luxembourg. L'année dernière, elle a prêté 480 millions d'euros pour des projets au Grand-Duché. Pour la première fois, elle s'est associée à ING et BGL BNP Paribas pour accorder des prêts au PME luxembourgeoises, avec une enveloppe de 75 millions d'euros. Une initiative qui marche bien, alors la BEI envisage de proposer plus de prêts via d'autres banques du pays.

La BEI a aussi soutenu des gros projets d'entreprises locales, comme la construction de satellites chez SES (200 millions d'euros), la recherche dans la sécurité automobile de Sensing Solutions (40 millions d'euros) ou l'achat d'un Boeing pour Cargolux (66,54 millions d'euros).

Même engagement pour 2010

En fait, le Luxembourg a bénéficié comme toute l'Europe, du gros travail de soutien à l'investissement qu'a demandé l'Union européenne à la BEI. Résultat, la banque a prêté en 2009 un montant record de 79 milliards d'euros (contre 58 milliards en 2008). Cet argent a surtout servi trois domaines prioritaires: les PME, la lutte contre le changement climatique et l'aide à la convergence des économies européennes.

Pour 2010, la BEI entend accorder le sensiblement le même niveau de prêts (75 milliards d'euros) et garder les même domaines prioritaires. Philippe Maystadt, son président, indique que l'Union européenne demande à la BEI de continuer à soutenir l'économie car la crise n'est pas encore passée. Pour 2011, Philippe Maystadt table sur une baisse des prêts de la BEI, notamment envers les PME, avec un retour à la normale de l'activité.

Linda Cortey

Ton opinion