Echec de la dernière «chance» – La Belgique s'enfonce dans la crise politique

Publié

Échec de la dernière «chance»La Belgique s'enfonce dans la crise politique

La situation politique en Belgique demeure dans l'impasse après le refus opposé lundi par les partis francophones à un projet de réforme présenté par les indépendantistes flamands du N-VA.

Les Wallons ont dit non au projet de réforme proposé par Bart De Wever.

Les Wallons ont dit non au projet de réforme proposé par Bart De Wever.

AFP

La Belgique apparaît plus ingouvernable que jamais après le rejet par les francophones d'une tentative de conciliation sur l'avenir du pays menée par le chef de file des indépendantistes flamands, ouvrant la voie à de possibles élections à haut risque.

Chargé par le roi Albert II d'une «mission de clarification» pour tenter de sortir le royaume de l'ornière politique, le président de la Nouvelle Alliance flamande (N-VA), Bart De Wever, a rendu public dimanche un long rapport préconisant une profonde réforme du système fédéral belge, augmentant fortement l'autonomie des régions. Son texte a toutefois été immédiatement rejeté par les trois partis francophones avec lesquels il négocie en vain depuis les élections législatives du 13 juin la formation d'un nouveau gouvernement. Ils l'ont jugée «partial» et «à la limite de la provocation».

Dernière mission

«Fabula acta est»! («le rideau est tombé»), a déclaré lundi Bart De Wever. Une réforme de l'Etat accordant à la Flandre l'autonomie nettement renforcée qu'elle réclame, pour pouvoir voler davantage de ses propres ailes, est la condition préalable posée par les partis néerlandophones à la mise sur pied d'un nouveau gouvernement.

Or, la mission du chef de la N-VA était considérée comme celle de la «dernière chance». Albert II devait du coup constater l'échec de Bart De Wever en le recevant lundi en fin d'après-midi. La suite des évènements reste incertaine, mais, relève lundi le journal La Libre Belgique, «le pays est, bloc contre bloc, plus divisé que jamais».

L'Essentiel Online avec AFP

Ton opinion