Virus Ebola – La Belgique stoppe les expulsions vers l'Afrique

Publié

Virus EbolaLa Belgique stoppe les expulsions vers l'Afrique

La police belge ne procède plus aux expulsions forcées d'immigrés vers les pays touchés par Ebola, afin d'éviter que leurs accompagnateurs n'attrapent le virus.

Les agents de police peuvent être amenés à accompagner les personnes renvoyées jusqu'aux services d'immigration du pays. LA Belgique estime que le risque d'être en contact avec le virus est dans ce cas trop important.

Les agents de police peuvent être amenés à accompagner les personnes renvoyées jusqu'aux services d'immigration du pays. LA Belgique estime que le risque d'être en contact avec le virus est dans ce cas trop important.

AFP

Les expulsions forcées d'immigrés depuis la Belgique vers les pays africains touchés par Ebola a cessé depuis plusieurs semaines, pour éviter toute contagion des agents de police qui les accompagnaient, a-t-on appris lundi auprès des autorités.

«À la mi-août, on a décidé d'annuler toutes les missions» des agents de police chargés d'escorter les personnes expulsées de Belgique «vers les trois pays, Liberia, Sierra Leone et Guinée, à cause de l'épidémie d'Ebola», a indiqué une porte-parole de la police fédérale, Agnès Reis. «On ne veut pas prendre de risques pour les membres du personnel, vu l'épidémie qui sévit là-bas», a expliqué Mme Reis.

Éviter un maximum de risques

Chaque expulsion par avion mobilise au moins deux policiers, mais ce nombre peut rapidement augmenter en fonction de la taille du groupe de personnes expulsées, a-t-elle précisé. À leur arrivée, les agents attendent généralement dans l'aéroport de reprendre un vol vers la Belgique après avoir remis les personnes renvoyées aux autorités locales, mais ils peuvent également être amenés à les accompagner jusqu'aux services d'immigration du pays.

«On ne veut pas leur faire courir le risque de voyager dans les pays touchés, ou même d'attendre dans l'aéroport pendant quelques heures», a souligné Mme Reis. En 2012, les Guinéens représentaient le deuxième plus gros contingent de demandeurs d'asile en Belgique, avec 1 808 demandes, derrière les Afghans, selon l'Office des étrangers.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion