Bilan annuel – La bonne santé d'Ernst & Young

Publié

Bilan annuelLa bonne santé d'Ernst & Young

LUXEMBOURG - De juin 2009 à juin 2010, Ernst & Young aura vu son chiffre d'affaires augmenter de 6,5%. Pour atteindre 110,6 millions d'euros.

Le bureau de Luxembourg d'Ernst & Young a connu un bel hiver et un beau printemps 2010. Une embellie de six mois qui a permis au chiffre d'affaires annuel de la société de bien se redresser au final. Une hausse de 6,5% par rapport à l'an passé, voilà qui contente Alain Kinsch, dirigeant arrivé à la tête d'Ernst & Young en janvier dernier. «Au sein de nos services, c'est le département Audit qui a affiché le taux de croissance le plus fort (+8,7%)», a souligné, mardi, le successeur de Raymond Schadeck. Suivent l'activité Conseil qui présente un taux de croissance de 5,10% et le département fiscal 3,4%.

La présentation du bilan annuel a aussi permis d'apprendre que, compte tenu de la reprise économique attendue au Luxembourg, la société entendait embaucher massivement. Ainsi, plus de 210 nouveaux collaborateurs devraient être intégrés d'ici juin 2011 (chiffre incluant les 135 recrues déjà arrivées depuis la rentrée). Et de souligner au passage qu'«avec un tiers d'associés issus du Grand-Duché et la plus grande proportion de collaborateurs luxembourgeois, Ernst & Young est la société la plus luxembourgeoise avec l'intégration européenne et mondiale la plus forte».

L'avenir, le dirigeant l'envisage sereinement. N'hésitant pas à rappeler que certaines mesures (comme la mise en œuvre de UCITS IV) allaient constituer une «opportunité fabuleuse de croissance» pour la place. Cependant, Ernst & Young devra aussi réagir aux adaptations encouragées par l'Union européenne ou le G20 en termes de transparence, lutte contre la fraude ou taxe sur le secteur financier par exemple.

Ton opinion