Bières au Luxembourg – La Brasserie nationale dévoile sa nouvelle façade
Publié

Bières au LuxembourgLa Brasserie nationale dévoile sa nouvelle façade

BASCHARAGE - Le brasseur luxembourgeois a investi 400 000 euros dans la rénovation de sa façade sur son site de production.

Brasserie nationale

Retour aux origines. La Brasserie nationale a dévoilé ce mardi sa nouvelle façade sur son site de production au centre de Bascharage, après 6 mois de travaux. L’immeuble de la salle de brassage, haut de 25 m et construit dans les années 1930, a retrouvé sa configuration d’origine, après plusieurs modifications dont la dernière remontait au début des années 1980. Un choix entrepris pour marquer le 250e anniversaire de la brasserie, productrice des marques Bofferding et Battin.

Exit, donc, la structure métallique, pour un retour aux grandes fenêtres donnant une visibilité sur l’intérieur. Le choix de la structure métallique avait été entrepris à l’époque pour des facilités d’entretien et des questions de sécurité. Le soulèvement de poussières par le moulin de brassage peut en effet générer des risques d’explosion. Le retour de la transparence se fait ainsi « avec du verre sécurisé et des portes servant de soupapes en cas de problèmes de pressurisation », explique Thierry Krombach, directeur marketing de la Brasserie. Quelque 400 000 euros ont été investis dans le projet, toiture comprise.

Une nouvelle buvette

Juste à côté, le chantier d’une nouvelle buvette bat son plein. Le coût n’est pas encore établi – les travaux devraient aboutir d’ici mai ou juin – mais il sera sensiblement supérieur à celui des travaux pour la façade. L’objectif est de pouvoir accueillir jusqu’à 200 personnes, lors de visites ou à l’occasion de réceptions.

«Actuellement, les capacités d’accueil sont limitées à un bus, soit une soixantaine de personnes à la fois», détaille Maurice Treinen, maître brasseur. Le bâtiment, un temps investi par le service marketing, était inoccupé depuis une quinzaine d’années. Entre 8 000 et 10 000 visiteurs sont reçus par an sur le site, essentiellement originaires de la Grande Région. L’objectif est d’en attirer autour de 15 000 par an.

(Mathieu Vacon)

Une année « en dents de scie »

Côté production, 2014 aura été une année «en dents de scie», selon Frédéric de Radiguès, directeur général. Les ventes vers le secteur de l’Horesca ont été quelque peu à la peine, «en raison de l’interdiction de fumer dans les bars». Le détail des résultats de l’an passé sera donné à la fin du mois prochain. Au rayon nouveautés, après Battin Blanche en 2013, une nouvelle bière spéciale est attendue d’ici avant l’été.

Ton opinion