Selon l'Allemagne – La capacité de prêts du MES n'augmente pas
Publié

Selon l'AllemagneLa capacité de prêts du MES n'augmente pas

Berlin a qualifié lundi de «complètement illusoires» des informations parues ce week-end dans la presse allemande, selon lesquelles le MES pourrait être doté de 2 000 milliards d'euros.

«Der Spiegel» dit que le MES pourrait voir ses moyens renforcés à hauteur de 2 000 milliards d'euros contre 500 milliards actuellement.

«Der Spiegel» dit que le MES pourrait voir ses moyens renforcés à hauteur de 2 000 milliards d'euros contre 500 milliards actuellement.

AFP

Un renforcement du Mécanisme européen de stabilité (MES), via une participation des investisseurs privés, pour atteindre la somme de 2 000 milliards d'euros est «complètement illusoire», a déclaré le porte-parole du ministère allemand des Finances, Martin Kotthaus, lors d'une conférence de presse régulière. M. Kotthaus a déclaré que des discussions allaient être menées pour accroître la force de frappe du MES mais que «certains chiffres sur les volumes» rapportés par les médias étaient «incompréhensibles». En outre, le besoin d'«une implication de contributeurs privés» ne s'est «pas fait sentir pour le moment», a-t-il également ajouté. «Quoi qu'il en soit, la contribution de 190 milliards de l'Allemagne ne changera pas», a-t-il souligné.

Dans son édition de lundi, le magazine Der Spiegel affirme que le MES pourrait voir ses moyens renforcés à hauteur de 2 000 milliards d'euros, contre 500 milliards actuellement, grâce à un appel aux investisseurs privés afin de faire face à un éventuel sauvetage de poids lourds de la zone euro tels que l'Espagne ou l'Italie. À Bruxelles, la Commission européenne a indiqué que des discussions étaient déjà en cours sur ce sujet, sans s'étendre sur les montants évoqués.

Le MES doit entrer en vigueur le 8 octobre

«Il y a effectivement des discussions en cours sur la possibilité d'utiliser deux instruments financiers qui ont été ajoutés au FESF (NDLR: le pare-feu temporaire de la zone euro) l'année dernière», a affirmé lundi Olivier Bailly, un porte-parole de l'exécutif européen. «Les États membres et nous-mêmes discutons la possibilité d'utiliser ces deux instruments aujourd'hui attachés au FESF, et de les attacher au MES», a-t-il ajouté, estimant que ce sont des discussions «techniques» et «normales» dans le cadre du transfert entre le FESF et le MES, qui doit voir le jour début octobre.

Fin 2011, la zone euro avait décidé de doter le FESF de deux instruments financiers destinés notamment à augmenter sa capacité d'action par effet de levier et ainsi à multiplier sa force de frappe. Le MES doit entrer en vigueur le 8 octobre, date de la première réunion de son conseil des gouverneurs. Il prendra de manière permanente la suite du FESF, même si les deux fonds doivent cohabiter jusqu'à l'été 2013.

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion