Budget 2015 – La Chambre de commerce veut plus de réformes

Publié

Budget 2015La Chambre de commerce veut plus de réformes

LUXEMBOURG - Dans son avis sur le projet de budget 2015, la Chambre de commerce constate une évolution dans la façon d'aborder les questions budgétaires mais n'y voit pas de révolution.

Marc Wagener, Carlo Thelen et Christel Chatelain ont commenté lundi le projet de budget 2015 à la Chambre de commerce.

Marc Wagener, Carlo Thelen et Christel Chatelain ont commenté lundi le projet de budget 2015 à la Chambre de commerce.

L'essentiel/Patrick Théry

Pour le directeur de la Chambre de commerce, Carlo Thelen, le projet de budget 2015 présente clairement «un double visage». S'il a salué, lundi, «les évolutions» constatées dans la présentation du budget ainsi que certaines mesures «incisives» comme la suppression de l'allocation d'éducation, il s'est aussi arrêté sur certaines mesures que la Chambre de commerce juge «pas assez ambitieuses».
À titre d'exemple, «le surplus de 0,5% du solde structurel voulu par le gouvernement n'est pas suffisant pour faire face aux défis à venir pour le Grand-Duché». La Chambre de commerce souhaiterait que l’État parvienne à épargner 1,3% du solde structurel. Pour y parvenir, la Chambre de commerce propose plusieurs pistes qui permettraient une économie supplémentaire de 563 millions d'euros d'ici 2018.

Parmi ces recommandations, la Chambre de commerce propose une baisse progressive (sur la période 2016 à 2018) des abattements fiscaux sur l'impôt sur le revenu comme la déduction des cotisations d'assurance ou encore la déclaration des intérêts hypothécaires. En outre, la Chambre de commerce réclame, une nouvelle fois, la suppression de la Mammerent ainsi que la suppression de l'allocation de fin d'année pour les pensionnés. Ces deux seules mesures permettraient à l’État de réaliser une économie de 129 millions d'euros jusqu'en 2018.

(Patrick Théry)

Quid de la fusion avec la Chambre des métiers?

Interrogé sur la fusion voulue entre la Chambre de commerce et la Chambre des métiers, Carlo Thelen, a expliqué, lundi, qu'il ne voyait pas ce rapprochement comme une mesure d'économie. «Il faut considérer ce rapprochement comme un moyen de rendre les services que nous apportons à nos membres plus efficaces», a-t-il avancé. Les discussions devraient débuter incessamment entre les deux parties.

Ton opinion