Visite officielle – La Chine vend son modèle politique à Kim Jong-un

Publié

Visite officielleLa Chine vend son modèle politique à Kim Jong-un

En visite chez son grand voisin, le dictateur nord-coréen a eu droit à des leçons sur la manière de gérer l'économie et même la répression d'un pays.

Kim Jong-un et sa femme Ri Sol Ju ont effectué une visite en Chine.

Kim Jong-un et sa femme Ri Sol Ju ont effectué une visite en Chine.

AFP/-

Ce n'est pas parce que l'on passe à l'économie de marché que l'on doit partager le pouvoir. C'est en substance le modèle que Pékin peut vendre à Kim Jong-un, venu chercher le soutien de son puissant allié au moment où la Corée du Nord met l'accent sur le développement économique. Lors de sa troisième visite en Chine en moins de trois mois, le jeune leader nord-coréen a entendu le président Xi Jinping lui rappeler que son pays marquait cette année le 40e anniversaire des réformes qui en ont fait la deuxième puissance économique mondiale.

«Les Chinois ont eu le courage de se réformer et d'innover», a déclaré M. Xi, cité par l'agence Chine nouvelle. «Nous sommes heureux de voir que la Corée du Nord a pris la décision de mettre l'accent sur la construction de son économie». Kim Jong-un a annoncé en début d'année que sa priorité était désormais «la construction économique socialiste», le pays ayant achevé le développement de son arsenal nucléaire. Le jeune dictateur a depuis promis au président américain Donald Trump de se débarrasser de l'arme atomique en échange d'une levée des sanctions internationales.

«La Chine est prête à partager son expérience» avec Pyongyang, a promis mercredi le président chinois. Avant de quitter Pékin, Kim Jong-un a eu droit à une visite d'un parc de développement de technologies agricoles ainsi que d'un centre de contrôle du métro pékinois. La présence à ses côtés du Premier ministre Pak Pong Ju semble montrer que le but de ce voyage est d'étudier la Chine en tant que modèle de développement économique post-dénucléarisation. Si Pékin peut se vanter de ses réussites économiques, le président chinois ne manque pas non plus une occasion d'affirmer qu'elles ont été favorisées par la «stabilité» du régime communiste, qui a échappé au sort de l'ex-URSS en refusant tout réforme politique.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion