En Espagne – La coke était imprégnée dans les cartons

Publié

En EspagneLa coke était imprégnée dans les cartons

Un trafic de drogue lié à un médecin réputé a été démantelé et 18 personnes arrêtées. L'ex-footballeur Edwin Congo, interpellé dans le cadre de cette affaire puis relâché, plaide l’innocence.

Alberto Morales, inspecteur de la police nationale espagnole, montre l’un des cartons imprégnés de cocaïne utilisés par les trafiquants pour faire transiter la drogue en Europe.

Alberto Morales, inspecteur de la police nationale espagnole, montre l’un des cartons imprégnés de cocaïne utilisés par les trafiquants pour faire transiter la drogue en Europe.

keystone-sda.ch

Lorsqu’il s’agit de faire des affaires, les trafiquants de drogue ne manquent pas de suite dans les idées. C’est ce qu’a révélé le démantèlement d’un réseau de trafic de cocaïne dont le centre opérationnel était une clinique esthétique de Madrid qui appartenait à Mauricio Vergara, un médecin colombien connu notamment pour avoir fait perdre du poids à l’ex-star du ballon rond Diego Maradona. Elle a aussi éclaboussé un autre ex-footballeur colombien, Edwin Congo.

Extraite de la pâte à papier

La cocaïne était imprégnée directement dans des cartons de transport au moment de leur fabrication. Elle y était ajoutée en petite quantité d’au maximum 100 grammes, ce qui la rendait indiscernable. Les cartons servaient ensuite à acheminer toutes sortes de marchandises depuis l’Amérique du Sud. Ils étaient ensuite récupérés en Europe et transformés en pâte à papier dans les laboratoires du réseau, afin d’en extraire la drogue «à travers un processus chimique complexe», a expliqué la police espagnole.

En janvier, une tonne de cocaïne avait ainsi été saisie en Bulgarie. Elle était dissimulée dans plus de 6 600 cartons qui abritaient un chargement de citrons verts et d’ananas, acheminé de Colombie via la Grèce.

Opération sur quatre pays

Réalisée en collaboration avec les polices de Colombie, de Bulgarie et des Pays-Bas, l’opération de démantèlement de la filière a permis d’arrêter 18 personnes dans les quatre pays. Elle a aussi conduit à la saisie de «1 200 kilos de carton pressé et plus de 1 000 litres de produits chimiques nécessaires à l’extraction de la cocaïne», a précisé la police espagnole, dans son communiqué.

(L'essentiel/AFP/AIA)

Ton opinion