Juncker/Lutgen – «La Commission n'a pas menacé la Wallonie»
Publié

Juncker/Lutgen«La Commission n'a pas menacé la Wallonie»

Après la signature du traité CETA, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Junker n'a pas été tendre avec le Belge Benoît Lutgen, président du cdH.

Le Rédangeois et le Bastognard en pleine forme, dimanche soir, suite à la signature du traité CETA à Bruxelles.

Le Rédangeois et le Bastognard en pleine forme, dimanche soir, suite à la signature du traité CETA à Bruxelles.

Ils se connaissent depuis longtemps et pourtant. Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, et Benoît Lutgen, président du parti francophone belge cdH, ne risque pas de partir en vacances ensemble de si tôt.

En plein direct, ce dimanche soir lors du JT de «RTL-TVI», le Rédangeois et le Bastognard se sont répondus du tac-au-tac. «Jamais, nous n'avons menacé la Région wallonne. Qu'on cesse de dire, et je le dis à l'intention du cdH et de son président, qu'on cesse de dire que la Commission a menacé de conséquences désastreuses pour la Wallonie», a affirmé Jean-Claude Juncker, visiblement énervé avant d'ajouter: «Que la Belgique réfléchisse à sa manière de fonctionnement lorsqu'il s'agit des relations internationales».

Si proche et si loin

Une attaque directe et publique, qui a fait sortir Benoît Lutgen de ses gonds: «Les technocrates vont devoir s'habiter à la démocratie. Ils ne sont plus habitués à voir des élus tenter d'apporter des améliorations nettes à un traité», a-t-il indiqué dans une certaine confusion. «L'Europe doit se réveiller, l'Europe des multinationales, on n'en veut pas. Jean-Claude, réveille-toi!»

Même s'ils sont tous les deux affiliés au même Parti populaire européen et qu'ils sont originaires de deux régions limitrophes très proches (le Grand-Duché de Luxembourg et la province de Luxembourg), Juncker et Lutgen n'ont pas du tout été sur la même longueur d'ondes lors des négociations sur le traité CETA, signé ce dimanche à Bruxelles.

(FL/L'essentiel)

Ton opinion