Etude au Luxembourg – «La contraception doit être prise en considération»
Publié

Étude au Luxembourg«La contraception doit être prise en considération»

LUXEMBOURG - Selon une étude, le Luxembourg peut mieux faire en termes d’information et d’accès à la contraception.

Certains contraceptifs sont remboursés à 80% jusqu’à 25 ans.

Certains contraceptifs sont remboursés à 80% jusqu’à 25 ans.

«Pourquoi un remboursement partiel des contraceptifs jusqu’à 25 ans? À quoi correspond cet âge?», s’interroge Ainhoa Achutegui, présidente du Planning familial. Une étude épingle le Luxembourg sur l’accès à la contraception. La députée CSV Françoise Hetto, qui s’interroge sur les résultats de l’étude, y a consacré une question parlementaire. Son questionnement est ainsi partagé par le Planning familial.

«L’Atlas 2017» de la contraception (voir carte ci-dessous), réalisé par le Forum parlementaire européen sur la population et le développement, classe le Luxembourg à la 13e place sur 45 pays considérés. Avec un score de 60,9 %, à égalité avec la Suède. «L’étude situe la politique d’information ainsi que l’accès et le conseil au sujet des contraceptifs au Luxembourg en dessous de la moyenne des pays voisins», explique Françoise Hetto.

«Pas adaptée à toutes les situations»

«Le gros de la sensibilisation à la contraception, c’est nous qui l’assurons dans les écoles. La communication du gouvernement sur le remboursement introduit en 2012 a été très faible. Pareil pour la délivrance sans ordonnance de la pilule du surlendemain depuis 2015», dit Ainhoa Achutegui. La présidente du Planning rappelle que la mesure consistant à étendre le remboursement à tous les contraceptifs fait partie du programme du gouvernement.

«Mais, là aussi, nous attendons que le sujet soit considéré. La pilule n’est pas adaptée à toutes les situations de vie car elle doit être prise à heure régulière. Il faut aussi rembourser des moyens de contraception comme le stérilet», conclut-elle.

(Séverine Goffin/L'essentiel)

Ton opinion