Politique au Luxembourg – La crise a mis en lumière les dysfonctionnements
Publié

Politique au LuxembourgLa crise a mis en lumière les dysfonctionnements

LUXEMBOURG - Le parti d'opposition déi Lénk a présenté ce jeudi son bilan de la session parlementaire. Une année marquée par la crise du coronavirus.

Les députés déi Lénk David Wagner (à gauche) et Marc Baum.

Les députés déi Lénk David Wagner (à gauche) et Marc Baum.

Editpress/Fabrizio Pizzolante

Les deux députés déi Lénk, Marc Baum et David Wagner, ont présenté jeudi leur bilan de l'année parlementaire qui vient de s'achever. «Quand l'état de crise a été déclaré, certains pensaient que le Parlement allait arrêter de fonctionner mais ça n'a pas été le cas. On a fait de nombreuses réunions à distance, en télétravail», raconte David Wagner.

Ce genre de pandémie est la conséquence «d'un système libéral débridé mondial» et de «l'indigence des politiques publiques dans les pays dits développés qui n'ont cessé de diminuer leurs moyens. Il n'y a rien qu'à voir en France où le système de santé a été détruit ces 15 dernières années, du coup on n'a pas les infrastructures pour faire face à la pandémie. Au Luxembourg c'était aussi un peu le cas. Si les Français n'avaient plus pu venir, ça aurait été une catastrophe. On manque de moyens, de personnel», ajoute-t-il.

Un manque de communication pendant la crise

En ce qui concerne la gestion de la crise, «d'un côté le gouvernement a probablement mieux géré la crise que d'autres pays, que les pays voisins même», lance Marc Baum. Mais le parti de gauche regrette le manque d'informations et la stratégie de communication de crise. «Nous avions des réponses évasives, des bribes d'information» et c'est ça que déi Lénk regrette. Concernant les étapes de déconfinement, il dénonce la précipitation avec laquelle certaines décisions ont été prises.

Sur la question du logement, David Wagner pointe le manque d'actions vraiment concrètes pour les locataires de locaux commerciaux notamment en demandant aux propriétaires de faire des efforts. À voir ce que va donner la loi sur la modification du bail à loyer. Le député reste sceptique sur le sujet.

(Marion Mellinger/L'essentiel)

Ton opinion