Au Luxembourg – La croisière s'amuse de la crise

Publié

Au LuxembourgLa croisière s'amuse de la crise

LUXEMBOURG - Le marché des croisières affiche une progression unique dans le secteur du tourisme.

Le croisiériste luxembourgeois a en moyenne 42 ans. C'est dix de moins qu'il y a vingt ans.

Le croisiériste luxembourgeois a en moyenne 42 ans. C'est dix de moins qu'il y a vingt ans.

AFP

Non, les croisières ne sont pas réservées aux plus anciens. Oui, elles sont même plutôt tendance, va jusqu'à dire Frank Linster, directeur commercial de Neptun Cruises, le plus important tour-opérateur du Luxembourg avec une part de marché qu'il estime à 70%. Avec une progression de 22% du nombre de voyageurs luxembourgeois entre 2007 et 2010, ce segment du marché touristique est en tout cas l'un des seuls à avoir été épargné par la crise.

Pourquoi les croisières ont-elles le vent en poupe? «Il y a une curiosité des gens qui cherchent de plus en plus de nouvelles sensations. Et les prestations que l'on trouve à bord ont nettement monté en gamme ces dernières années. On peut maintenant trouver des casinos ou des amphithéâtres dans les paquebots».

L'an passé, 11 500 Luxembourgeois sont partis en vacances en croisière. Ils dépensent en moyenne 1 400 euros par personne. C'est un peu plus que dans les pays voisins (900 euros en France). «Le Luxembourgeois est un client exigeant», justifie Frank Linster.

Joseph Tripodi

Ton opinion