Au Luxembourg – «La culture est le meilleur moyen d'intégration»
Publié

Au Luxembourg«La culture est le meilleur moyen d'intégration»

LUXEMBOURG – L'ASBL «Mir wëllen iech ons Heemecht weisen», dont les membres misent sur l'échange culturel, souhaite aider les réfugiés à prendre un nouveau départ dans la vie.

Serge Tonnar (au centre), accompagné du secrétaire d'État Guy Arendt (à droite) et de Sarah Ketema (à gauche), explique le travail de son association.

Serge Tonnar (au centre), accompagné du secrétaire d'État Guy Arendt (à droite) et de Sarah Ketema (à gauche), explique le travail de son association.

Editpress/Didier Sylvestre

Lorsqu'en 2015, de nombreux réfugiés des régions en crise du monde entier ont débarqué en Europe, Serge Tonnar a voulu apporter son soutien. «Au départ, j'ai apporté mon aide de manière très concrète, notamment en procurant des abris, là où on en avait besoin», affirme l'artiste luxembourgeois interrogé par L'essentiel.

Très vite, le chanteur-compositeur a constaté qu'il pouvait apporter ses compétences artistiques dans le travail d'intégration. Il a commencé par organiser de petits concerts au cours desquels les résidents du Grand-Duché pouvaient échanger avec les demandeurs d'asile. «J'ai immédiatement remarqué que c'était un bon moyen pour rassembler les gens», explique l'artiste. Quelque temps plus tard, il a fondé l'association «Mir wëllen iech ons Heemecht weisen» (en français: «Nous voulons vous montrer notre pays»), qui mise sur l'échange culturel des Luxembourgeois avec les réfugiés. Les activités proposées par l'association et servant de lieux de rencontre comprennent des ateliers de théâtre, de danse et de graffiti, des concerts, des événements pour les enfants ou encore la «disco internationale», durant laquelle tout un chacun a l'occasion de présenter la musique de son pays d'origine.

La culture est un langage universel

Jusqu'à présent, Serge Tonnar s'est associé à une vingtaine de structures d'aide basées sur le volontariat. Son ASBL a obtenu le soutien financier de l'Œuvre Nationale de Secours Grande-Duchesse Charlotte. «Mais nous avons décidé que nous ne voulions plus être subventionnés par une œuvre caritative. Nous voulions plutôt responsabiliser les secteurs public et privé», souligne Serge Tonnar. La ville de Luxembourg et la Fondation André Losch sont intervenues pour soutenir les projets sociaux jusqu'en 2018.

Au demeurant, l'organisation caritative n'a pas à se faire de souci pour l'avenir. La somme totale de 100 000 euros a été mise à disposition par le ministère de la Culture jusqu'en 2020. «Pour nous, c'est une grande libération. Au cours des dernières semaines, nous avons été plus occupés à trouver un sponsor que par notre véritable travail. À présent, nous pouvons nous concentrer à nouveau sur l'essentiel», souligne M. Tonnar, soulagé.

Le secrétaire d'État à la Culture, Guy Arendt (DP), a salué le travail de Serge Tonnar et de son équipe: «Il est vite devenu évident que nous nous devions de soutenir une organisation bénévole comme celle-ci. La culture est un langage universel, compris dans le monde entier. Elle est le meilleur moyen d'intégration».

(Sebastian Weisbrodt/L'essentiel)

Événements à venir organisés par l'ASBL «Mir wëllen iech ons Heemecht weisen»:

Dimanche, 23 septembre:

«Fête du vivre Ensemble» au Parc Laval à Luxembourg-Eich. Concerts, tournoi de ballon prisonnier, animations pour enfants et tombola. De 10 à 18 heures.

Samedi, 6 octobre:

«Festival interculturel» au Moulin de Beckerich. Concerts et ateliers. De 15 à 22 heures.

Ton opinion