Au Luxembourg – La dégradation des sols coûte des millions d'euros
Publié

Au LuxembourgLa dégradation des sols coûte des millions d'euros

LUXEMBOURG - Les dispositions législatives concernant la protection du sol n’existent que de façon dispersée, déplore l'Administration de l'environnement.

La majeure partie des coûts de dégradation est supportée par la société et non par les acteurs à l’origine des dégradations.

La majeure partie des coûts de dégradation est supportée par la société et non par les acteurs à l’origine des dégradations.

AFP

Le sol est à la base d’environ 95% de notre alimentation. Il joue un rôle prépondérant dans l’économie, par le biais de la production agricole, de l’épuration de l’eau, de l’atténuation des événements climatiques majeurs et leurs conséquences (inondations, sécheresses…) ou encore dans la régulation du climat (lutte contre le changement climatique). Mais il n'est pour l'instant que peu protégé. C'est le constat amer que dresse l'Administration de l'environnement dans un rapport.

«Au Luxembourg, le montant des coûts engendrés par la dégradation des sols n’est pas encore connu, mais des études menées dans d’autres pays européens laissent présager que ce montant serait de plusieurs dizaines de millions d’euros chaque année, souligne-t-elle. De plus, les travaux déjà réalisés suggèrent que la majeure partie de ces coûts est supportée par la société et non par les acteurs à l’origine des dégradations».

Nécessité d'un «cadre légal cohérent»

Les autorités précisent que la dégradation des sols entraîne une diminution des rendements agricoles, une augmentation du coût du traitement de l’eau (épuration, gestion des sédiments) et des coûts des dégâts induits par les catastrophes climatiques (inondations, sécheresses…), ainsi qu'une diminution de la résilience des écosystèmes et perte de biodiversité.

Afin de permettre une protection efficace des sols au Luxembourg, le rapport suggère la mise en place d'un «cadre légal cohérent». «Les dispositions législatives concernant la protection du sol n’existent que de façon dispersée, déplore l'Administration de l'environnement. Ces approches se limitent à certains secteurs ou se focalisent sur un seul aspect à la fois: aménagement du territoire, agriculture, déchets, établissements classés…». Le texte appelle donc à une «collaboration accrue» entre tous ces acteurs nationaux.

En outre, l'Administration de l'environnement organise une série d'actions, entre le 27 novembre et le 5 décembre, dans le cadre de la Journée mondiale des sols (5 décembre), afin notamment de sensibiliser à la protection du sol au niveau individuel. Des documentaires sur la thématique des sols seront ainsi projetés dans le Prabbeli Wiltz ('Dirt! The Movie', 2009) et le Kinosch Kulturfabrik Esch-sur-Alzette ('Kiss the Ground', 2020) entre le 27 novembre et le 5 décembre 2021. De plus, une table ronde «Projet de loi relatif aux sols: gestion des sites pollués» se tiendra le 2 décembre, de 18h à 20h, suite à la projection du documentaire au Prabbeli Wiltz. Sans oublier une expo photo dans les locaux du Prabbeli Wiltz, du 27 novembre au 5 décembre.

(ol/L'essentiel)

Ton opinion