Autopsie – La dépouille d'Arafat sera déterrée

Publié

AutopsieLa dépouille d'Arafat sera déterrée

Des experts suisses ont obtenu l'accord de la veuve de Yasser Arafat pour que sa dépouille soit examinée.

Souha Arafat a donné son accord pour que la dépouille de l'ancien leader indépendantiste palestinien soit examinée.

Souha Arafat a donné son accord pour que la dépouille de l'ancien leader indépendantiste palestinien soit examinée.

AFP

Yasser Arafat a-t-il été assassinée? C'est ce que va tenter de déterminer le Centre hospitalier universitaire vaudois de Lausanne, en Suisse (CHUV). Celui-ci a confirmé vendredi qu'il comptait examiner la dépouille de Yasser Arafat après le feu vert de sa veuve, Souha Arafat. Le CHUV a reçu au début août un courrier de l'Autorité palestinienne demandant cet examen et il avait sollicité la veuve du dirigeant palestinien pour obtenir son accord.

L'avocat genevois de Mme Arafat a déclaré que celle-ci «a voulu cette enquête, c'est elle qui l'anime, c'est elle qui la propulse et la conséquence serait que nous irons à Ramallah. Il faudrait que nous puissions y arriver dans le mois qui va venir». Le CHUV attend maintenant une réponse écrite et formelle de l'avocat et ses experts sont prêts à se rendre en Cisjordanie, a indiqué le porte-parole du Centre, Darcy Christen.

Tué au polonium?

«C'est une question de jours», a-t-il dit en précisant que les experts effectueront d'abord «une mission de repérage», pour rencontrer les représentants de l'Autorité palestinienne, voir les conditions du mausolée et recenser les disponibilités technologiques et scientifiques sur place. L'objectif de l'examen qui devrait avoir lieu dans une seconde mission, si elle est décidée, sera de rechercher des traces éventuelles de polonium, une substance radioactive hautement toxique, dont une «quantité anormale» avait été retrouvée sur des effets d'Arafat, examinés par le CHUV.

«Le temps presse, on peut dire que c'est une question de semaines, pas de mois, car la traçabilité du polonium diminue de moitié tous les 138 jours», a précisé M. Christen. Depuis le décès non expliqué médicalement du dirigeant palestinien le 11 novembre 2004 il y a déjà eu plus d'une vingtaine de cycles.

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion