Nabilla jugée en France – La descente aux enfers d'un couple infernal

Publié

Nabilla jugée en FranceLa descente aux enfers d'un couple infernal

La bimbo suisse, star de la téléréalité, a été jugée coupable de violence contre Thomas, son compagnon, jeudi. Le procès a mis en lumière leur relation délétère.

Alcool, cocaïne, injures et coups: le procès d'un couple enfermé dans une spirale infernale s'est ouvert devant le tribunal correctionnel de Nanterre, jeudi. Poursuivie pour violences aggravées volontaires sur son compagnon, Nabilla avait pris place sur le banc des accusés. Face à elle, Thomas représentait la partie civile. Mais les rôles auraient pu être inversés, comme l'a relevé l'avocat du trentenaire: «Nous sommes dans une situation où le statut de victime et celui de prévenu peuvent se mélanger».

La Cour avait à juger deux épisodes survenus en août et en novembre 2014 au cours desquels la bimbo a agressé son chéri avec un couteau. Une première fois dans leur villa des Bouches-du-Rhône et une seconde dans un hôtel près de Paris, attaque qui avait conduit Thomas à l'hôpital et Nabilla en prison. «Je ne suis pas une meurtrière», a clamé la starlette durant l'audience. Au fil des débats, le tableau d'un couple rongé par les crises s'est peu à peu profilé.

Main dans la main après le procès

Selon les proches de Thomas, la brune aurait attaqué son amoureux à au moins deux autres reprises, en 2013 à l'arme blanche à Genève et plus tard avec une fourchette dans un restaurant français. Quant aux proches de la jeune femme, ils ont affirmé qu'elle essuyait régulièrement des coups lors des crises de jalousie de son compagnon.

Parlant d'une seule et même voix, le couple a martelé que leur entourage exagérait et que les deux épisodes de 2014 étaient accidentels. «On s'est beaucoup disputé mais de là à se bagarrer...», a soutenu Nabilla. À la question de savoir s'ils se couvraient, elle a répondu: «On forme une équipe, on ne peut pas s'enfoncer». Jugée coupable mais dispensée de prison, la bimbo est repartie main dans la main avec son chéri, assurant que tous deux s'étaient assagis: «On va écrire une nouvelle page en étant plus forts et plus matures», a-t-elle déclaré.

(L'essentiel/Caroline Gebhard )

Une peine convertible

Nabilla a écopé de 24 mois de prison, dont six ferme. Ayant déjà passé plus d'un mois en détention préventive fin 2014, elle a la possibilité de demander l'aménagement du reste de sa peine en travaux d'intérêt général ou sa conversion en jours-amende. Elle n'ira donc très certainement pas en prison. La durée de sa mise à l'épreuve est de deux ans et ce jugement est assorti de l'obligation de suivre un traitement psychologique. Le procureur avait requis 36 mois de prison, dont 8 ferme.

Ton opinion