En cas de défaut – La dette de la Grèce, un enjeu au Luxembourg

Publié

En cas de défautLa dette de la Grèce, un enjeu au Luxembourg

LUXEMBOURG – Une sortie de la Grèce de la zone euro pourrait avoir d’importantes conséquences au Luxembourg. Des centaines de millions d'euros seraient en jeu.

Alex Bodry (LSAP) demande à en savoir plus sur les sommes en jeu.

Alex Bodry (LSAP) demande à en savoir plus sur les sommes en jeu.

Editpress

Le chef de fraction LSAP à la Chambre des députés, Alex Bodry, s’inquiète pour la Grèce. Ou plutôt pour le remboursement aux créanciers luxembourgeois de la dette grecque. Pour les caisses de l’État, plusieurs centaines de millions seraient en jeu. Dans une question parlementaire adressée au ministre des Finances, Pierre gramegna (DP), Bodry demande quelles sommes ont été mises à disposition par le Grand-Duché à la Grèce, et combien Athènes doit encore rembourser au pays.

Les deux plans de sauvetage à la Grèce ont représenté plus de 217 milliards d’euros, sous la forme de crédits de la part des membres de la zone euro. Le Grand-Duché a garanti 350 millions d’euros depuis 2012 pour abonder le FESF (Fonds européen de stabilité financière) et son successeur le MES (mécanisme européen de stabilité).

Le débat intervient alors qu’une sortie de la Grèce de la zone euro est envisagée. Les Grecs vont retourner aux urnes le 25 janvier, pour des élections législatives anticipées. Or, le parti de gauche radicale Syriza est le grand favori du scrutin. S’il ne demande pas à changer de monnaie, Syriza réclame l’abandon de l’austérité et le défaut partiel pour la dette du pays. Ce qui pourrait inciter les autres États à pousser la Grèce en dehors de la zone euro.

(L'essentiel)

Ton opinion