Reconnaissez-vous cette petite fille?: «La Fashion Week de Paris m'appelle»

Publié

Reconnaissez-vous cette petite fille?«La Fashion Week de Paris m'appelle»

Cette célébrité va réaliser un rêve d'enfant: faire sa première semaine de la mode à Paris.

1 / 27
En 1999, Victoria Adams a 25 ans et est encore une toute jeune femme qui se cherche niveau style

En 1999, Victoria Adams a 25 ans et est encore une toute jeune femme qui se cherche niveau style

AFP

AFP

AFP

Après New York et Londres, Victoria Beckham crée l'emballement en intégrant pour la première fois la Fashion week parisienne, le rendez-vous mode le plus important de l’année qui débute lundi, et devra consacrer son talent créatif. «C'est l'arrivée d'une très belle marque. On se réjouit que Victoria Beckham soit parmi nous» avec le défilé prévu le 30 septembre, a déclaré à l'AFP, Pascal Morand, le président exécutif de la Fédération de la haute couture et de la mode.

La femme de David Beckham s'est fait un prénom et s'est dit très excitée de participer à cet événement en publiant une photo d'elle petite.

Avec son entrée dans le calendrier officiel parisien, Victoria Beckham, 48 ans, se joint à 104 griffes françaises et internationales inscrites pour cette édition de la semaine du prêt-à-porter printemps-été 2023. Signe que la pandémie ne pèse plus sur l'évènement, la quasi-totalité des maisons ont opté pour des défilés physiques, que ce soit des poids lourds comme Dior, Chanel, Saint Laurent, Stella McCartney ou Issey Miyake, ou des marques émergentes comme la française Weinsanto qui ouvre le bal lundi soir.

L'ex-Spice Girl, devenue en 2008 créatrice de mode, a jusqu'ici participé aux Fashion week de Londres et New York mais n'a plus organisé de défilé de mode depuis la crise sanitaire en 2020. Elle n'a plus participé à une Fashion Week à Londres, même en ligne, depuis plus d'un an et s'est plainte dans une interview du coût de l'organisation des défilés.

Elle a su faire ses preuves

Victoria Beckham, dont le projet de se lancer dans la mode avait d'abord étonné, a su faire ses preuves. Sa marque revendique aujourd'hui 250 points de vente répartis dans une cinquantaine de pays. Son vestiaire féminin a toujours été apprécié des fashionistas et de la prêtresse de la mode, Anna Wintour, qui avait prévenu qu'il ne fallait «jamais (la) sous-estimer».

Malgré ces soutiens, la marque a eu du mal à faire des bénéfices et est très endettée, rapportait récemment la presse britannique. Pour relever la barre, la Britannique a fait appel à des acteurs français majeurs: Ralph Toledano, ancien président de la Fédération française de la haute couture et de la mode comme président du conseil d'administration et Marie Leblanc de Reynies, auparavant responsable des achats du grand magasin parisien Printemps comme PDG.

«Une sorte de reconnaissance»

«Elle n'est pas du sérail de la mode, elle s'est lancée dans cette affaire et, à un moment donné, il a fallu structurer, organiser, mettre en ordre la maison, tout ce qu'on a fait depuis quatre ans», souligne Ralph Toledano. «On est prêt» à défiler à Paris, assure-t-il. Pour la créatrice, l'évènement «apporte une sorte de reconnaissance», commente à l'AFP, Benjamin Simmenauer, professeur à l'IFM (Institut français de la mode).

La Fashion week de Paris «est la plus en vue, c'est une manière d'être validée comme une marque qui a une vraie identité créative», souligne-t-il, en précisant que les Fashion weeks de Londres et New York «ont une connotation plus commerciale». Mais l'emballement autour de sa venue est lié à son statut de célébrité suivie par 30 millions d'abonnés sur Instagram. «Il y a une presse, pas forcément spécialisée, qui mentionne la Fashion week parce que Victoria Beckham en fait partie», estime Benjamin Simmenauer.

(AFP/mc)

Ton opinion

0 commentaires