Visite d'Etat à Neumünster – «La fausse alerte? Un exercice grandeur nature»
Publié

Visite d'État à Neumünster«La fausse alerte? Un exercice grandeur nature»

LUXEMBOURG - La directrice de l'abbaye de Neumünster, Ainhoa Achutegui, revient sur l’évacuation de la salle Robert Krieps, en présence du Grand-Duc et des souverains belges.

La fausse alerte à l'abbaye de Neumünster a été bien gérée par les équipes d'Ainhoa Achutegui.

La fausse alerte à l'abbaye de Neumünster a été bien gérée par les équipes d'Ainhoa Achutegui.

Editpress

La visite d’État du roi et de la reine des Belges au Grand-Duché, s'est terminée jeudi, avec la conclusion de nombreux accords entre les deux pays. Au-delà des fructueuses rencontres de trois journées arrosées allégrement par «la drache nationale», l'événement a été marqué par une «fausse alerte incendie», mercredi, à l'abbaye de Neumünster. «Cela ne nous arrive jamais et cela devait arriver à ce moment-là», souligne avec le sourire, ce vendredi matin, Ainhoa Achutegui, directrice de l'institution. «On peut parler de loi de Murphy», selon laquelle tout ce qui est susceptible d'aller mal ira mal.

Relayé sur Twitter par quelques journalistes étrangers qui ont dû sortir dans la salle Robert Krieps, «ce moment de stress» a été vécu avec intensité et sérénité par la directrice de l'abbaye de Neumünster. «Pour ma santé psychique et cardiaque, j'aurais préféré que cela n'arrive pas», reconnaît Ainhoa Achutegui, «mais quand la fausse alerte s'est déclenchée, tout est devenu très clair dans mon cerveau et on a appliqué les procédures pour lesquelles nous sommes formés et entraînés tout au long de l'année. C'était comme un exercice grandeur nature».

«Très peu de temps pour beaucoup de choses»

Plusieurs réunions de crise ont d'ores et déjà eu lieu et toute cette histoire de fausse alerte sera définitivement éclaircie, la semaine prochaine. «Il n'y a pas eu d'intrusion et nous n'avons pas été victimes d'un problème informatique», a affirmé Ainhoa Achutegui. «Nous savons également qu'aucune fumée n'est partie des loges et nous avons déjà localisé précisément l'endroit où le problème est né. J'ai beaucoup transpiré sur le coup, mais je suis resté en permanence en contact avec la sécurité. Ce n'était pas un acte intentionnel et les souverains sont restés "très souverains". Ils sont vraiment restés au top d'un bout à l'autre de l'évacuation de la salle».

Tout s'est finalement bien terminé. «Nous entretenons de très bonnes relations avec le Grand-Duc et il nous a félicité pour la manière dont nous avons géré. Et j'ai félicité mon équipe de 45 personnes. Il n'y a eu, ni panique, ni nervosité», conclut la directrice de l'abbaye de Neumünster. «Malgré l'évacuation, nous sommes restés dans les temps au niveau du protocole, alors que d'un bout à l'autre de la visite d'État, les souverains avaient très peu de temps pour beaucoup de choses. La reine Mathilde s'est même dite enchantée par notre site».

(fl/L'essentiel)

Ton opinion