Belgique – La «fille naturelle» d'Albert II continue son combat

Publié

BelgiqueLa «fille naturelle» d'Albert II continue son combat

Delphine Boël a poursuivi mardi ses démarches judiciaires pour faire établir son lien de filiation, alors qu'émergent de nouveaux détails sur la liaison de sa mère avec l'ancien souverain.

Albert et Paola ont traversé une crise dans les années 1960 et 70. (AFP)

Albert et Paola ont traversé une crise dans les années 1960 et 70. (AFP)

Albert II a évoqué en 1999 «la crise» que son couple avait traversée dans les années 1960 et 70, mais il n'a jamais reconnu officiellement que Delphine Boël était sa fille. L'avocat du Palais, Guy Hiernaux, a indiqué mardi qu'il avait reçu comme instruction de «poursuivre la contestation» et que la «relation (d'Albert avec la mère de Delphine) ne prouve pas la paternité». En juin, l'artiste plasticienne de 45 ans avait cité à comparaître Albert II, bien qu'il soit à l'époque protégé par une immunité totale, mais aussi Philippe et sa sœur, la princesse Astrid, pour que la justice établisse qu'elle était bien la fille de l'ancien chef de l'État, âgé de 79 ans.

Albert II étant redevenu un justiciable comme les autres après son abdication, le 21 juillet, et Philippe étant à présent intouchable, l'avocat de Delphine Boël a annoncé mardi au tribunal de Bruxelles qu'elle annulait sa première action et qu'elle en introduirait une autre, dès la semaine prochaine. Cette nouvelle procédure visera uniquement Albert II et son père légal, Jacques Boël, dont elle doit d'abord «contester» la paternité pour pouvoir faire établir celle de l'ancien souverain.

Au bord du divorce en 1976

Delphine Boël porte en effet depuis sa naissance en 1968 le nom de Jacques Boël. Sa mère est l'ex-épouse de celui-ci, la baronne Sybille de Selys Longchamps, avec laquelle le futur Albert II a entretenu une longue liaison, à partir de 1966. Sybille de Selys Longchamps a longtemps gardé le silence, y compris après la révélation de l'existence de Delphine dans un livre paru en 1999. Mais elle devait donner des détails inédits dans un entretien diffusé mardi soir sur une télévision flamande et mercredi sur une chaîne francophone, dans lequel elle égratigne notamment l'épouse d'Albert, Paola, et l’Église catholique, selon la presse belge.

S'il était déjà connu que cette relation avait failli causer le divorce entre Albert et Paola en 1976, le journal Le Soir a ajouté mardi que, dès 1969, Albert et Paola avaient déjà sérieusement envisagé la séparation mais que le roi Baudouin avait à l'époque demandé à son frère Albert de «reporter de quelques années son projet de divorce». Finalement, le couple s'était réconcilié en 1984.

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion