Euro 2020 – La France concède le nul contre la Turquie

Publié

Euro 2020La France concède le nul contre la Turquie

La France devra aller chercher sa qualification pour l'Euro-2020 face à la Moldavie, le 14 novembre, à Paris, ou en Albanie, le 17 novembre.

Une victoire aurait qualifié les champions du monde et vice-champions d'Europe.

Une victoire aurait qualifié les champions du monde et vice-champions d'Europe.

AFP/Alain Jocard

Les Bleus devront valider leur qualification à l'Euro-2020 en novembre, freinés par la Turquie (1-1) et ses bouillants supporters, lundi, à Saint-Denis, lors d'un match à risque conclu sans débordement notable, malgré un coup de chaud en tribune à la fin du match.

Les Français n'ont pas réussi à concrétiser leur large domination physique et technique, en dépit de plusieurs occasions nettes à mettre au crédit de Moussa Sissoko et Antoine Griezmann, les plus remuants. Une victoire aurait qualifié les champions du monde et vice-champions d'Europe en titre pour le prochain tournoi continental. Mais les Turcs ont résisté et l'Islande a gagné contre Andorre, ce qui les maintient dans la course.

- Giroud super-sub -

Entré en jeu à la place de Wisssam Ben Yedder, le «super-sub» (remplaçant en or, en anglais) Olivier Giroud, a crû délivrer les siens à la 76e minute, d'une tête décroisée sur un corner de Griezmann, quatre minutes après son entrée en jeu. Mais les Turcs ont répliqué quasiment immédiatement par Kaan Ayhan (82e), lui aussi entré en cours de match.

Alors que l'ambiance était bon enfant au coup d'envoi, avec la Marseillaise applaudie notamment par les Turcs, la tension est cependant montée d'un cran en toute fin de match, après le déploiement d'une banderole: «Arrêtez de massacrer les Kurdes». Les stadiers sont intervenus rapidement.

Avant la dernière ligne droite du mois de novembre, où les Bleus iront en Albanie avant de recevoir la Moldavie, la France et la Turquie occupent toujours la tête du groupe H avec 19 points, soit quatre de plus que les Islandais.

À la veille de son 51e anniversaire, Didier Deschamps aurait souhaité meilleure fortune. Ses joueurs ont répondu à l'engagement physique des Turcs avec solidité et application, tout en mettant beaucoup de vitesse et de finesse dans les transitions. Avec Lucas Hernandez de retour dans le onze des titulaires, les Bleus ont allumé les premières mèches grâce au trio de feu formé par Kingsley Coman, Antoine Griezmann et Moussa Sissoko, pas loin d'ouvrir le score par deux fois en moins de dix minutes (17e, 25e).

Mais ils sont tombés sur un Mert Günok impeccable, encore à la parade sur une tête de «Grizou» (21e). Le gardien de Basaksehir n'a rien pu faire en revanche face au timing parfait de Giroud. L'attaquant de Chelsea, auteur de 38 buts désormais en sélection, n'est plus qu'à trois longueurs de retard sur Michel Platini, le deuxième meilleur buteur de l'histoire des Bleus (41 buts).

(L'essentiel/afp)

Ton opinion