Jour de commémoration – La France rend hommage aux soldats tués

Publié

Jour de commémorationLa France rend hommage aux soldats tués

Une grande cérémonie est organisée lundi, à Paris, en la mémoire des 13 officiers et sous-officiers tués la semaine dernière, dans le cadre de la mission de l'armée au Sahel.

Soldiers and firefighters wait for the funeral convoy on Alexandre III Bridge in front of the Invalides monument in Paris on December 2, 2019, ahead of a ceremony to pay tribute to 13 French soldiers who died in a helicopter collision in Mali on November 25. (Photo by GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Soldiers and firefighters wait for the funeral convoy on Alexandre III Bridge in front of the Invalides monument in Paris on December 2, 2019, ahead of a ceremony to pay tribute to 13 French soldiers who died in a helicopter collision in Mali on November 25. (Photo by GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

AFP/Geoffroy van der Hasselt

Treize cercueils drapés de bleu-blanc-rouge: la France est confrontée lundi à une funeste image de son engagement au Sahel, à l'occasion d'un hommage national aux soldats morts il y a une semaine au Mali. Des centaines de personnes se pressaient à Paris, pour assister au passage des 13 corps, en route vers l'Hôtel des Invalides. Militaires, anciens combattants avec leur drapeau, gendarmes, sapeurs-pompiers mais aussi anonymes se pressaient de chaque côté du pont Alexandre III, en attendant le défilé des dépouilles des treize militaires tués dans la collision de deux hélicoptères lors d'une opération de combat.

Ce lourd bilan humain a fait l'effet d'un électrochoc en France, dont l'armée n'avait pas subi de telles pertes depuis l'attentat contre le QG français Drakkar à Beyrouth en 1983, qui avait fait 58 morts. Leur mort a également relancé les questions autour de l'engagement français au Sahel, où la situation sécuritaire ne cesse de s'aggraver. Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta assistera aux côtés du gouvernement français et des familles des soldats à cet hommage organisé dans la cour d'honneur de l'Hôtel des Invalides, à Paris, qui accueille depuis le XVIIe siècle, vétérans et blessés de guerre et abrite le tombeau de Napoléon.

Le président Macron prononcera un éloge funèbre avant de remettre la Légion d'honneur, à titre posthume, à chacun de ces 13 soldats «morts pour la France». Les 13 soldats tués étaient officiers et sous-officiers. L'opération française Barkhane mobilise 4 500 hommes dans la bande sahélo-saharienne, une étendue vaste comme l'Europe, pour lutter contre les groupes armés. Mais, après six ans de présence ininterrompue, et 41 morts côté français, l'horizon est de plus en plus plombé. Les violences jihadistes persistent dans le nord du Mali et se sont propagées au centre du pays, ainsi qu'au Burkina Faso et au Niger voisins.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion