Rassemblement à Nice – La France se fige une minute, Manuel Valls hué

Publié

Rassemblement à NiceLa France se fige une minute, Manuel Valls hué

La France a observé lundi à midi une minute de silence en hommage aux 84 victimes de l'attentat du 14 juillet à Nice, ville où le Premier ministre français a été conspué.

Une minute de silence a été respectée à Nice par une foule de plusieurs milliers de personnes rassemblées sur la Promenade des Anglais en présence notamment du Premier ministre Manuel Valls, et dans toute la France, en hommage aux victimes de l'attentat du 14 juillet à Nice. Le cortège rassemblant Manuel Valls et les autres membres du gouvernement l'accompagnant à Nice a été hué à son arrivée, puis à son départ de la Promenade des Anglais, sous des cris «assassins!», «démission!», a constaté un journaliste de l'AFP.

Sur la Promenade des Anglais, où a eu lieu jeudi soir l'attentat qui a fait au moins 84 morts, des milliers de personnes étaient rassemblées pour l'hommage, rendu en présence de Manuel Valls, de la ministre de la Santé Marisol Touraine, du prince Albert de Monaco ou du gardien et capitaine de l'équipe de France de football Hugo Lloris , originaire de Nice.

Philippe Tabarot, vice-président LR de la région Paca, a déploré les huées à l'encontre de Manuel Valls et des élus : «Il y avait une tension forte, une ambiance électrique sous la chaleur, les gens étaient plus énervés que recueillis. En même temps, j'ai l'impression que ce n'était pas spontané, ces huées», a déclaré à l'AFP le vice-président chargé des Transports.

«C'est la dernière journée de deuil national, il faut garder de la décence», a ajouté M. Tabarot, qui affirme que, lors de la cérémonie, «il y avait une petite bande aux abords, qui était clairement identifiée FN». «D'ailleurs, Marion Maréchal-Le Pen», patronne de l'opposition régionale Front national et présente à la cérémonie, «est allée les saluer à la fin», a-t-il dit.

Le Samu et les policiers applaudis

La foule rassemblée dans le silence depuis quelques minutes déjà après l'arrivée du cortège officiel a applaudi après le coup de canon censé marquer officiellement le début de la minute de silence, avant de se recueillir puis d'entonner la Marseillaise à la fin de ce moment d'hommage. Le départ du cortège officiel a de nouveau été hué, tandis que le passage des membres des forces de l'ordre et des secours était longuement et chaleureusement applaudi.

Le président François Hollande s'est quant à lui rendu au ministère de l'Intérieur à pied pour observer, à 12H02, une très solennelle minute de silence avec Bernard Cazeneuve. Outre les responsables de la police, de la gendarmerie et des pompiers, environ 350 personnes de tous les corps du ministère, en civil ou en uniforme, étaient présents dans la cour de Beauvau. Une telle minute de silence s'était déjà tenue en juin au ministère avec le président après le meurtre d'un couple de fonctionnaires de police à Magnanville (Yvelines).

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion