Attentats de Paris – La France veut aussi les acolytes d'Abdeslam

Publié

Attentats de ParisLa France veut aussi les acolytes d'Abdeslam

La justice française a demandé la remise de quatre suspects inculpés en Belgique dans l'enquête sur les attentats du 13 novembre, dont 3 soupçonnés d'avoir aidé Abdeslam à fuir.

Belgian police officers and soldiers stand guard outside the Brussels Palace of Justice during the appearance before the council chamber of two individuals arrested in connection with the November 13 attacks in Paris, in Brussels on November 20, 2015. Mohammed Amri and Hamza Attou were arrested in Belgium and charged with "a terrorist act and participation in the activities of a terrorist group." AFP PHOTO / BELGA / NICOLAS LAMBERT 

--BELGIUM OUT-- / AFP PHOTO / BELGA / NICOLAS LAMBERT

Belgian police officers and soldiers stand guard outside the Brussels Palace of Justice during the appearance before the council chamber of two individuals arrested in connection with the November 13 attacks in Paris, in Brussels on November 20, 2015. Mohammed Amri and Hamza Attou were arrested in Belgium and charged with "a terrorist act and participation in the activities of a terrorist group." AFP PHOTO / BELGA / NICOLAS LAMBERT

--BELGIUM OUT-- / AFP PHOTO / BELGA / NICOLAS LAMBERT

AFP/Nicolas Lambert

Les mandats d'arrêt européens, émis fin avril, concernent Mohamed Amri et Hamza Attou, qui ont ramené Salah Abdeslam à Bruxelles quelques heures après les attentats parisiens, et Ali Oulkadi qui l'a véhiculé dans la capitale belge le 14 novembre, ont détaillé des sources proches de l'enquête.

Un mandat a également été émis contre Mohamed Bakkali soupçonné d'avoir joué un rôle de logisticien pour la cellule jihadiste, a ajouté une de ces sources. Ils doivent désormais être notifiés aux personnes concernées pour pouvoir enclencher la procédure de leur remise à la France.

BMW louée

Mohammed Amri, 27 ans, et Hamza Attou, 21 ans, avaient été interpellés le 14 novembre, à Molenbeek, dans la banlieue de Bruxelles. Selon les déclarations d'Attou, qui ont varié au fil de ses auditions, Salah Abdeslam lui aurait confié que sa ceinture d'explosifs n'avait pas fonctionné le soir du 13 novembre.

Ali Oulkadi, un Français de Molenbeek de 31 ans, avait véhiculé Abdeslam dans Bruxelles, le lendemain des attentats. Il le connaissait car il était «un des meilleurs amis» de son frère aîné Brahim, qui s'est fait exploser sur la terrasse d'un bar dans l'Est parisien le 13 novembre.

Quant à Mohamed Bakkali, 28 ans, il avait loué une BMW, repérée à proximité immédiate de trois logements à Schaerbeek (Bruxelles), Charleroi et Auvelais (sud) ayant servi à préparer les attentats. Il est soupçonné d'avoir loué deux de ces planques.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion