Football – La future Ligue des champions agace déjà
Publié

FootballLa future Ligue des champions agace déjà

Loin d'être confortée par l'implosion de l'éphémère Super Ligue, la réforme de la Ligue des champions au-delà de 2024 attise elle aussi les fractures du football européen.

«Peut-être devons-nous demander à l'UEFA et à la FIFA de prolonger l'année», ironisait Pep Guardiola.

«Peut-être devons-nous demander à l'UEFA et à la FIFA de prolonger l'année», ironisait Pep Guardiola.

AFP/Anne-christine Poujoulat

Loin d'être confortée par l'implosion de l'éphémère Super Ligue, la réforme de la Ligue des champions au-delà de 2024 attise elle aussi les fractures du football européen, et paie sa genèse empoisonnée.

En dévoilant la future C1 le 19 avril, quelques heures après le lancement par douze grands clubs de leur propre tournoi privé, l'UEFA se doutait que la mutinerie éclipserait les charmes de son «nouveau format excitant». Mais même l'effondrement du projet de scission, deux jours plus tard, n'a guère réveillé l'intérêt pour le passage de la compétition reine de 32 à 36 clubs, avec cent matches supplémentaires censés allécher les diffuseurs, et un «mini-championnat» inspiré des tournois d'échecs pour remplacer l'actuelle phase de poules.

«Chaque saison, c'est pareil»

«De plus en plus de matches, et personne ne pense à nous, joueurs? Le nouveau format de la C1, c'est à peine un moindre mal comparé à la Super Ligue», déplorait dès jeudi dernier le milieu de Manchester City, Ilkay Gündogan. Grinçant, son entraîneur Pep Guardiola ironisait le lendemain face à la presse: «Peut-être devons-nous demander à l'UEFA et à la FIFA de prolonger l'année. Peut-être que nous pourrions avoir 400 jours par an.»

«Chaque saison, c'est pareil, regrettait-il. Les joueurs adorent jouer, mais se blessent. L'UEFA le sait, bien sûr, mas s'en préoccupe-t-elle? Absolument pas». Même lassitude chez l'entraîneur de Liverpool Jürgen Klopp, pour qui «les seules personnes qui ne sont jamais consultées sont les entraîneurs, les joueurs et les supporteurs».

L'UEFA a pourtant manœuvré pendant des mois avant d'accoucher de sa réforme, mais sans débat public: comme d'habitude, elle a négocié en coulisses avec European Leagues, l'association représentant une trentaine de championnats, et surtout avec la puissante Association européenne des clubs (ECA).

(L'essentiel/afp)

Ton opinion