Chantier à la frontière – La galère autour de Rodange va durer jusqu'au 28 février!
Publié

Chantier à la frontièreLa galère autour de Rodange va durer jusqu'au 28 février!

RODANGE/ATHUS - Alors qu'elle devait rouvrir le 24 janvier, l'Avenue de l'Europe, en Belgique et à la frontière luxembourgeoise, restera fermée jusqu'à fin février.

Embouteillage
bouchons
travaux avenue de l'europe
Rodange

photo : Vincent Lescaut

Embouteillage
bouchons
travaux avenue de l'europe
Rodange

photo : Vincent Lescaut

Vincent Lescaut
1 / 7
10.01 Les travaux sur N830 en Belgique provoquent des bouchons importants dans les rues de Rodange.

10.01 Les travaux sur N830 en Belgique provoquent des bouchons importants dans les rues de Rodange.

Vincent Lescaut
Vincent Lescaut
Vincent Lescaut

Le 11 janvier, nous mettions en lumière les bouchons monstres qui se forment, depuis le 7 janvier, à la frontière entre la Belgique, la France et le Luxembourg. La cause? La fermeture de la N830, ou Avenue de l'Europe, côté belge, qui dévie le trafic routier et provoque des désagréments à Rodange et à Athus.

«C'est très contraignant, mais on n'a pas le choix, il faut prendre son mal en patience», soulignait l'administration communale d'Aubange pour L'essentiel. Eh bien une mauvaise nouvelle est tombée mardi soir, puisque la fermeture de cet axe, qui devait rouvrir le 24 janvier, est prolongée jusqu'au... 28 février.

«Problèmes conséquents de stabilité»

«Nous rencontrons des problèmes conséquents de stabilité du nouvel ouvrage d'art», a annoncé le groupe intercommunal belge Idelux qui rappelle que ce chantier se fait«dans le cadre de la réalisation de la nouvelle liaison ferrée offrant un lien direct entre la gare d'Athus (BE) et la France».

«Au lieu des cinq minutes habituelles, j'ai mis 40 minutes pour aller faire mes courses à Mont-Saint-Martin», nous indiquait un employé de l'administration communale de Pétange. Il va encore falloir faire avec cette galère, notamment matin et soir au plus fort des bouchons frontaliers, encore quelque temps donc.

(L'essentiel/Nicolas Chauty)

Ton opinion