La Géorgie a aussi subi des cyber-attaques

Publié

La Géorgie a aussi subi des cyber-attaques

La Russie n’a pas attaqué Tbilissi que par le biais militaire. Les Géorgiens ont dû s’exiler chez Google.

La Géorgie doit aussi se défendre sur le web. (afp)

La Géorgie doit aussi se défendre sur le web. (afp)

Web point zéro. Selon le gouvernement géorgien, la Russie a mis hors service certains des sites web les plus importants du pays. Les serveur internet locaux sont tombés aux mains de pirates étrangers, qui ont redirigé le trafic vers des serveurs installés à Moscou.

Ainsi, le site du ministre des Affaires étrangères a dû trouver asile sur Blogger, le service public de blog de Google, et sur le site web du président polonais.

Egalement attaqué, le site web du président géorgien, Mikheïl Saakachvili, a été déplacé à Atlanta, dans l’Etat américain de Géorgie. Le trafic malveillant constaté sur le site aurait depuis lors été 5 000 fois supérieur à la normale, selon son hébergeur américain. Le site du parlement a été «défacé» avec, pour seule inscription restante, la signature de «L’équipe de pirates d’Ossétie du Sud».

Pirates russes

Des sites d’information ont également été mis à mal à la suite de bombardements de requêtes, à l’exemple des sites news.ge ou newsgeorgia.ru.

Selon Jart Armin, un chercheur qui surveille les activités en ligne du Russian Business Network, un groupe de pirates financé par le Kremlin, on assistait ces derniers jours à un véritable état de «cyber-siège» sur la Toile géorgienne.

Mardi encore, des pirates informatiques russes continuaient d’attaquer des sites web géorgiens.

lessentiel.lu avec 20minutes.ch

Ton opinion